jan 182012
 

Sur la plage de l’île Singer, il y avait un pêcheur. Ce pêcheur avait l’air d’avoir attrapé un pas pire gros poisson.

Pas pire gros poisson…. ce requin qui semble-t-il n’est pas dangereux dans sa période de reproduction.

Fascinant.

 

jan 112012
 

Cet article est un complément à celui que j’ai publié cet automne sur les livres numériques.

Je me suis procuré dans un Walmart américain un Kindle Touch pour 100$.

Le Kindle est la liseuse de référence. J’avais lu les rapports et les évaluation et d’une manière générale on y soulignait la clareté de l’écran, du fait que « l’encre électronique » permet une lecture aisée en plein jour au soleil, celle qui se rapproche le plus de la lecture du livre papier. Michel Tremblay y vantait le mérite de pouvoir agrandir les caractères. Tout cela est vrai!
J’aime!
Le Kindle est le la taille d’un petit livre de poche. Un petit livre qui contient beaucoup de livres électroniques.

J’y lis la Chute des Géants de Follett. Comme hier Éliane venait de terminer son livre papier, je lui ai prété mon Kindle sur lequel j’avais déposé quelques bonnes bios dont celle de Guy Mauffette * qu’elle vient de débuter. J’ai poursuivi ma lecture sur mon ipod sur lequel la lecture au soleil est un peu plus difficile.

 

On dépose les livres en format mobi ou pdf:

  • en utilisant le « store » de Amazon (achat en ligne ou envoi d’un document par courriel à son compte Kindle. Cette méthode permet la synchronisation de sa lecture sur tous ses appareils.
  • En connectant le Kindle sur un ordinateur et en y copiant les documents (le logiciel Calibre est absolument génial pour ce faire).
  • La charge de l’appareil tient le coup des semaines. Après deux semaines, pas eu besoin de charger.
  • À 100$ il y a de la publicité mais le Kindle n’est disponible qu’aux USA. Remarquez que cette publicité n’est pas du tout gênante (un bandeau en bas de l’écran de menu et une page pleine lorsque l’appareil est éteint. Aucune publicité lors de la lecture. Remarquez qu’il est possible d’enlever cette pub en payant une quarantaine de dollars à Amazon ou en craquant le système…
  • La lecture est très facile. La navigation se fait bien. Il y a  bien parfois un flash quand on tourne les pages, mais ce n’est pas du tout irritant.
  • Il faut évidemment un éclairage pour lire à l’intérieur, comme pour un livre.
  • On en voit beaucoup sur la plage.

Fascinant!

En résumé, le Kindle tient ses promesses. La lecture est aisée même sous forte luminosité. Le contraste est très bon et il n’y a pas de reflets.

* Luc Dupont, Guy Mauffette. Le Laboureur d’ondes. Portrait de siècle avec homme de radio. Québec, MultiMondes, 2005

Riviera Beach

 Commentaires fermés
jan 102012
 

Une autre plage encore aujourd’hui. Dès l’entrée de l’île Singer, boutiques, restos, grand stationnement gratuit. Très belle plage à l’arrière, bel aménagement avec tables à pique-nique, jeux pour les enfants, toilettes. Une autre belle plage. La troisième sur l’île. Ici encore, 20 minutes chrono du WPBCV (West Palm Beach Century Village). L’eau est propre, claire, j’y ai vu avec mon masque un poisson de certainement 2 pieds dans quatre pieds d’eau. On y marche bien, surtout à marée basse. On peut aller jusqu’au canal où passent de beau voiliers et de rapides vedettes. De chics hôtels bordent la plage mais comme ils sont très éloignés du rivage et que de nombreux arbres ont été plantés, on n’a pas le sentiment d’étouffement.

jan 072012
 

À 20km du Century Park, il y a le très beau et très calme  John MacArthur State Park. (Pas de lien avec l’évangéliste du même nom, je crois).

Situé sur l’île Singer (comme les machines à coudre), ce parc est uniquement consacré aux loisirs de plein air. Pas de camping. Dommage, il y a une demande forte pour les campings en parc national  qui sont réservés une année moins un jour à l’avance…

Le parc comprend une large baie et une plage longue et qu’on peut marcher. On y accède par un long pont de bois qui nous donne l’occasion de prendre contact avec la vie maritime et de voir des arbres aux curieuses racines, les mangose. Pas d’édifices le long de la plage, pas d’ombre donc à 16h. L’eau y est très chaude, le Gulf stream est à 1,5 km au large. La plage descend rapidement pour remonter se qui crée une espèce de piscine longue, longue, longue. Très agréable. La température aidant, la plage nous a beaucoup fait penser à celle de Cap Lumière, en Acadie.

Moins fréquentée que les autres plages des environs (des frais de 5$ par voiture sont exigés), on peut y louer des kayaks.

On aime!

 

 

jan 042012
 

 

Regarder la télé québécoise en Floride? Pas évident…

Par internet, les télédiffuseurs bloquent beaucoup de contenus. Par exemple, Tou.tv bloque la plupart des téléromans et des reportages.

Il y a les coupoles qui permettent de capter le signal des satellites canadiens, mais il faut avoir un abonnement et s’organiser pour installer la fameuse coupole. Ce n’est pas toujours permis, ni 20120101-234534.jpgpar les diffuseurs, ni par les proprios des condos.

J’utilise une autre méthode. J’ai acquis un Slingbox au Québec, et je peux écouter ainsi par internet MA télé de Montréal. MA télé, pas au sens figuré. Un appareil Slingbox dispose d’entrées audio et vidéo et éthernet et d’un émulateur infrarouge qui remplace la télécommande. Je capture ainsi l’image et le son du décodeur Vidéotron contrôlé avec l’émulateur IR que je regarde sur mon ordi in Florida. C’est du un, un. La connexion à distance est réelle. Mon décodeur s’allume réellement et si je change un poste, le décodeur change le fameux poste réellement, le temps que la commande se rende…

La qualité de l’image est excellente et toujours fonction de la rapidité des deux connections internet.

En ce qui touche la sécurité il faut savoir que pour fonctionner il faut « marier » l’ordi qui recevra les émissions avec le Slingbox sur le même réseau avant de partir. On ne peut pas faire installer l’appareil à Montréal et tenter de se connecteur avec un appareil non couplé. Il faut configurer avant de partir.

Un fil me permet de voir les émissions reçues sur l’ordi sur la télé )dans mon cas il s’agit d’un fil rca, mais je sais que pour certains nouveaux appareils il faudra un câble hdmi.

C’est un peu comme installer une caméra devant la télé à Montréal et avec un dispositif ingénieux changer les postes avec un doigt mécanique… Et ça marche!

Mise à jour 12 juin 2013

La bande passante est assez importante avec Slingbox: autour de 60G/mois en upload à Montréal et l’équivalent en réception. C’est un bon système (jusqu’à ce que le slingbox brise).
Slingbox a un concurrent un peu plus économique (en $$$$ et en bande passante: Vulkano). Même type de service.

Sharing Buttons by Linksku