oct 232011
 

Il y avait, il n’y a pas si longtemps, très peu de livres numériques en français. Mais la vague arrive.

Le Devoir publie un excellent cahier spécial ce week-end sur le sujet. Les éditeurs québécois cherchent de plus en plus à être présents sur ce marché.

Mais il y a un os.

Depuis quelques semaines je ne cesse d’en découvrir de nouveaux livres disponibles sur le Web. Un peu comme du temps de Napster pour la musique, il y a quelques sites francophones qui répertorient et distrtibuent des livres numériques (teamalexandiz.org, ebooks-gratuit.com). Ce qui frappe ce sont ces sites privés présentant des collections de milliers de livres numérisés. Les adresses ne sont pas directement répertoriées par les Google de ce monde, mais pour peu qu’on soit habile, on les découvre facilement.

On y gère les livres avec un logiciel extraordinaire Calibre qui permet de répertorier, de convertir dans le bon format de sa liseuse et même de lire sur son ordi. On publie sa collection de livres numériques avec un autre logiciel gratuit, Calibre2opds qui crée ces magnifiques planches qu’on peut mettre en ligne. On lira ces livres sur le Kindle (combien j’aime le Touch que je me suis procuré par cher aux USA), le Kodo mais aussi sur le iPad, le iPod Touch .

Ces bibliothèques sont entreposées dans les espaces publics de DropBox . Ce n’est pas très difficile de trouver les liens pour ces collections avec un peu d’imagination. Par exemple, Google me pointe vers un message facebook qui répertorie une dizaine de collections…

On y trouve des milliers de livres, des classiques du domaine public, des romans pour ados, du chick-lit et de très bons livres très récents. On y trouve Druon (Les Rois Maudits), beaucoup de Ken Follett (dont le tout dernier « la Chute des géants » qui n’est même pas disponible encore sur amazon.ca), plusieurs Kathy Reichs et plusieurs Québécois ( Sénécal, Pellerin, Brouillette ) .

Si pour le disque on distribuait un mp3 qui n’était pas bloqué, pour le livre l’approche est différente. Dans le marché « des livres piratés » on ne cherche pas toujours à briser la serrure numérique d’un livre acheté. Non, dans beaucoup de cas, le livre « papier » est scanné avec un logiciel de reconnaissance des caractères. On se trouve à rééditer l’oeuvre.

C’est malheureux, mais le livre, l’industrie du livre, est en train de manquer le bateau. On fête le ipod  après dix ans d’une révolution pour l’industrie du disque. Le mp3 à 99 cents a tout changé. Pour le livre cette révolution n’a pas eu lieu. Les livres numériques ont chers. Souvent il n’y a qu’un rabais d’environ 30% sur l’édition papier pour un livre qu’on lira une fois et qu’on ne pourra prêter, ni donner, ni revendre… Certains éditeurs ont compris qu’en offrant un produit différent plus ciblé, il y retrouveront une clientèle différente ( Ulysse, l’éditeur des livres voyages, offre l’acquisition d’une partie seulement d’un guide, par exemple le Maine, sans avoir à acheter toute la Nouvelle Angleterre).

Fondamentalement, les achats de livres numériques sont plus proches de la location: le livre imprimé peut être lu, puis prêté oui et même revendu. On peut livre un livre numérique mais pas question de le prêter ou de le revendre.  Le modèle actuel est plus proche de celui du club vidéo où on louerait un film pour le même prix que l’achat…

Le marché du livre numérique devrait être revu et la tarification ajustée. Je suis prêt à payer 5$ pour le fichier barré, mais pas 20$.

En attendant le marché du livre pourrait manquer le bateau du numérique…

Mise à jour 21 mai 2012

Peinture

 Commentaires fermés
oct 112011
 

Avant

Après

Couleurs

 Commentaires fermés
oct 102011
 

Une première photo au parc de l’Île de la Visitation.

Puis, dans les Laurentides, au mont Saint-Sauveur.

Belles couleurs.

 

oct 052011
 

Je tente de trouver « la » recette de pain de riz, de pain sans gluten, qui soit gouteux, stable. Ce pain dont la croute croque sous la dent, qui ait de belles alvéoles, qui fasse des rôties extras… Eh bien, je crois l’avoir trouvée!

C’est un pain au levain plutôt qu’à la levure. On connaît le pain sans levain de la Bible (les Juifs se sauvant n’avaient pas eu le temps de faire lever le levain), mais beaucoup moins le pain au levain. D’après ce que j’ai compris, les fameuses baguettes de pain « français » sont fabriquées au levain.

Le levain ce sont des bactéries naturelles qui fermentent la pâte. Le levain est naturel, il est présent dans la nature. On peut ainsi fabriquer son levain. Simple et terriblement efficace.

J’ai utilisé la méthode du site Délices sans gluten & Co, référez-vous-y.

Simple. Un tiers de tasse de farine de riz, le même poids (environ un quart de tasse) d’eau de source ou mieux du jus d’ananas frais (truc que j’ai trouvé ailleurs)  dans un récipient qui ne soit pas de métal, on mélange et on laisse reposer un jour à la température de la pièce (20-25 C). On ajoute les mêmes ingrédients (ça s’appelle nourrir le levain) au jour deux , trois et quatre (ça s’appelle nourrir le levain) . On laisse bouillonner. On a ainsi du levain. On en prélèvera une partie pour faire notre pain et on nourrira le reste pour le lendemain.

Recette de pain de riz au levain

  1. 1 tasse de levain
  2. 3/4 de tasse d’eau de source
  3. 2 cs d’huile d’olive
  4. 2 cs de miel
  5. 1 oeuf
  6. 1 ct de sel (je ne mets plus de sel. Le sel ralentit la l’action du levain ou de la levure normalement dans le pain de blé, avec la farine sans gluten, je n’en vois aucune utilité.
  7. 2 ct de farine de guard
  8. 1 3/4 tasse d’un mélange de farine de riz (principalement), de quinoa, de tapioca, de pois chiche, de sarrasin, de teff, etc.
  9. 1/4 tasse de grains moulus (ex.: lin), de flocons d’avoine et ou de quinoa.
  10. 1 cs de graines de sésame (garniture)

 

 

  • Prélever 1 tasse de levain (on conserve le reste pour le nourrir pour le lendemain), on ajoute l’eau, un oeuf, l’huile, le sel et le miel dans le bol de la machine à pain (MAP). On mélange.
  • Ajouter les farines.Et on mélange grossièrement.On ajuste de l’eau pour obtenir une pâte pas trop ferme, mais pas trop liquide.
  • Démarrer le cycle « pâte » (2 heures). Le cycle laissera le mélange se réchauffer, puis le malaxera pour le laisser lever. Vous pouvez laisser la pâte plus longtemps si elle ne lève pas assez. Elle devrait doubler.
  • La pâte levée  enlever la lame du MAP (pour éviter d’avoir l’empreinte de la lame dans la moitié du pain), ajouter les graines de sésame, on démarre le cycle cuisson (bake) pour une heure au plus chaud (410F).

Le pain obtenu est délicieux. Vraiment. Et sain. Il se conserve mieux que le pain à la levure et est moins friable. Je conserve mes restes au congélateur tranché pour en faire directement des rôties.

Contrairement à la levure, le levain ne coûte rien. Génial!

 

École François-de-Laval, 1959-1960

 Commentaires fermés
oct 022011
 

C’était une petite école de quartier. L’école à côté de l’église St-Joseph-de-Bordeaux à Montréal. Nous habitions de l’autre côté de la rue. En 1959, j’étais en 2e année. Madame Sylvain nous enseignait.

Pouvez-vous me reconnaître?

Êtes-vous sur la photo? Faites-moi signe!

Sur mon ipod, je lis

 Commentaires fermés
sept 272011
 

J’ai lu cet été Les piliers de la Terre , Un monde sans fin, Le pays de la liberté de Ken Follett. Des sagas historiques se déroulant sur le temps d’une vie au Moyen-âge pour les deux premiers et au moment de la révolution américaine pour le dernier. Bien ficelé, bien documenté. J’ai embarqué. Les personnages évoluent dans leur pensée. Certains sont modernes et réfléchissent comment des modernes, mais on accepte. Follett a la réputation de bien se documenter sur la vie quotidienne. On voir de loin le personnages historiques, mais de près de petites gens.

Je lis toujours avec Stanza sur mon ipod touch. J’ai trouvé une superbe bibliothèque de ebook chez TeamAlexandriz qui référence les ebooks de mégaupload: à visiter! Voyez son mur des 1000 livres les plus populaires.

20110927-115402.jpg

sept 112011
 

Un Bolerama. Les fanas de la coquille! N0us sommes passés au Bolerama un frais samedi de fin d’été.

Il y avait 109 coquilles. Il y avait bien 110 inscription, dont la nôtre, mais comme nous n’avons pu qu’y passer sans notre Trillium…

Vous le savez, je possède depuis plusieurs années cette drôle de roulotte en fibre de verre datant de l’année des Jeux Olympiques de Montréal. Durables ces coquilles. 109 ici au camping de l’île du Fort à Perreville dans le Centre du Québec sur les bords du lac St-François. Beau camping surpris par l’invasion.

C’est kitch parfois, design, bricolo ingénieux souvent, mais toujours des gens sympa qui ne se prenne pas au sérieux. Il y avait même Tom Young l’actuel fabriquant californien des Trilliums neuves, neuves, avec son modèle 15 pieds 2011  qu’il vend dans les 20k

On a revu des campeurs qu’on avait rencontré dans nos voyages passés. On a rencontré des lecteurs de ce blogues. On s’est venté (le on qui devrait être un je) des trouvailles récentes, de la fameuse cire du Loews (ici vendue au home dépot sous el nom de Zep ais-je appris) qui redonne jeunesse aux vieilles peaux de fibre devenue poreuse…

Au lac Clair

 Commentaires fermés
sept 032011
 

Au petit matin, au petit déjeuner, au lac Clair, la visite d’un colibri.

20110903-100057.jpg
cette photo a été prise avec mon ipod touch!

Sharing Buttons by Linksku