Mai 202016
 

Madame Joly,
Il y a une difficulté actuellement au Canada quant à la passage des contenus des médias au numérique. On ne tient pas compte formellement de la diffusion par le moyen des flux, ces fameux « streams » qui permettent de lire des contenus vidéos sur l’internet avec un ordinateur ou différents équipements.

Pourtant il y a beaucoup de personnes qui utilisent l’internet pour voir leurs contenus télévisuels. Il y a bien quelques flux de médias québécois accessibles à la marge de la légalité, mais peu de contenus stables et officiels.

Le très intéressant Tou.tv bloque malheureusement l’accès à la frontière. Radio-Canada a une offre intéressante et a été dans les précurseurs avec tou.tv. Toutefois Radio-Canada quant à la diffusion des chaînes en direct, il y a une certaine offre sur le site internet, mais qui n’est guère facile.

La radio de Radio-Canada facilite l’écoute sur internet en diffusant des liens de flux mp3. Il est à noter que ces « feeds » ne sont pas bloqués à la frontière et donnent aux Canadiens à l’étranger à ses différents contenus radio. Bravo! Voici le modèle.

Cette politique de blocage des contenus canadiens à la frontière nous fait régresser de 20 ans. Auparavant, il était très difficile d’avoir des contenus canadiens à l’étranger à l’exception de Radio-Canada International qu’on pouvait capter sur les ondes courtes.

Puis, il y a eu la période de gloire des satellites où les Canadiens abonnés au Canada pouvaient avoir accès aux États-Unis, au Mexique et dans les îles avec une coupole et leur décodeur aux contenus pour lesquels ils payaient. Ne reste plus que Shaw Direct qu’on peut encore capter partiellement presque illégalement. Shaw a annoncé il y a quelques années leur retrait de ce marché. En fait la programmation de Shaw migre vers des satellites qu’on ne peut capter que du Canada.

Sur le câble (ex. : Comcast) aux États-Unis il n’y a que TV5Monde (avec une programmation très peu canadienne et totalement différente de celle à laquelle nous avons accès au Canada). Aucune offre de postes canadiens chez Comcast en Floride par exemple. Plusieurs organisations ont fait des demandes au « Vidéotron » américain, mais il y a fermeture et refus. Ce qui est surprenant car beaucoup seraient prêtes à payer pour avoir accès à un bouquet canadien. On m’a expliqué qu’il y avait des problèmes avec les droits d’auteur… Je ne vois pas pourquoi on aurait des problèmes à diffuser des émissions de TVA aux États Unis alors que partout au Canada on a accès aux émissions américaines de CBS, NBC, ABC …

Cette interdiction de diffusion aux États Unis amènerait peut-être même nos câblodistributeurs canadiens à faire du zèle. Sinon, pourquoi un abonné de Vidéotron à l’extérieur du pays ne peut écouter sur le web les postes auxquels il est bel et bien abonné chez lui avec l’application Illicoweb. Il ne peut pas le faire en dehors du Canada. Pourtant, il est un abonné au Canada et il est authentifié comme Canadien, mais ne peut avoir accès aux contenus pour lesquels il paie.

Nous savons qu’on peut contourner ces blocages à la frontière en utilisant des subterfuges technologiques qui font croire au filtre que l’abonné est au Canada (l’utilisation de DNS et d’adresses IP canadiens). Ces trucs ralentissent toutefois la transmission et occasionnent des lacunes au plan de la qualité et sont-ils légaux?

On peut légalement contourner ces règles avec un appareil installé au Canada entre le décodeur et la télé qui transmet à un abonné des contenus auxquels il a accès au Canada (slingbox). C’est complexe mais ne peut être considéré comme une solution pour tout le monde.

Donc, des États-Unis, si on peut encore pour un certain temps capter les émissions avec Shaw Direct, les seuls moyens de voir les contenus canadiens sont illégaux. Des sites proposent une certaine programmation (ex. : assimilator.net) mais ce sont des sites pirates qui charissent des tonnes de malwares.

Il est curieux qu’il y ait tant de blocages à la frontière pour des services légitimes alors que les contenus du Itunes Store canadien sont accessibles partout dans le monde à ses abonnés canadiens. La même émission que je ne peux écouter sur tou.tv, je peux l’acheter dans le « store ». On fait faire de drôles de pirouettes aux droits d’auteur. Non?

Madame la Ministre, je vous recommande donc:

  • d’obliger les diffuseurs généralistes (ceux qu’on peut capter sans abonnement sur les ondes ) à diffuser aussi leurs émissions par des flux sur Internet accessibles pour tous les Canadiens.
  • de faire en sorte que de bloquer les contenus géographiquement sur Internet devienne l’exception.
  • d’interdire le géoblocage à un abonné canadien dûment authentifié lorsqu’il est à l’étranger (illicoweb, Tou.tv Plus…)
  • de conclure une entente avec votre homologue américain, la FCC afin que les cablos américains diffusent nos grandes chaînes généralistes.

 

 

  5 Réponses to “Lettre à ma députée et Ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, qui veut adapter la politique culturelle à l’ère numérique”

  1. Moi aussi je ne peux comprendre que partout au Canada on a accès aux émissions américaines de CBS, NBC, ABC …FOX..CNN.. etc, il faudrait bien que le CRTC évolue on est en 2016.

  2. Depuis environ 44 ans que je regarde les postes CBS, NBC, ABC, etc. Pourquoi ne puis-je me servir de ma « soucoupe » Shaw Direct sur mon motorisé quand je vais en Floride?? Je suis toujours canadienne, je paye mes frais d’abonnement même si je suis aux USA. Pourquoi ne autoriser les canadiens à pouvoir rester en contact avec leur culture par la télévision. Peut-être que les américains n’aimeraient pas que nous arrêtions leurs ondes de postes USA ne pas traverser la frontière canadienne? Pourquoi deux poids deux mesures?? Les américains ont le droit mais pas nous? Je trouve ça injuste et le gouvernement a 40 ans de retard!!!

    Claudette Monty

  3. Le service de »slingbox  » se dégrade d’année en année, et Shaw nous menace de couper sa programmation. Que reste t’il…..rien

  4. Je suis complètement d’accord avec ce qui est dit plus haut.

    Lyne Pineault

  5. La bonne nouvelle est qu’il y a maintenant une télévision française en Floride; TéléFloride WLPH 44.1 Miami
    On la capte directement sur l’air dans un rayon de 45 miles de Hallandale et c’est gratuit

    Dominique Delbast. TéléFloride

Désolé, les commentaire sont fermés pour l'instant.

Sharing Buttons by Linksku