L’OSM au parc Ahuntsic

 Commentaires fermés
août 022013
 

Belle soirée au parc Ahuntsic.

L’OSM nous visite.

Belle foule. Belle musique.

Le Boléro pour terminer.

Et le village y était!

02082013-DSC_7243
02082013-DSC_7264

02082013-DSC_7262
02082013-DSC_7283
02082013-DSC_7299

juil 052013
 

La décision de Shaw Direct de couper son service aux USA a créé tout un boucan dans le monde des snowbirds. On comprendra que le satellite était le choix privilégié pour les Canadiens d’accéder à la télévision canadienne dans le sud des USA. En effet, alors que les câblodistributeurs canadiens diffusent la programmation d’à peu près tous les postes de télé américains, les grands cablos américains ne diffusent aucun poste canadien ni en français, ni en anglais. Jusqu’à l’an dernier, ils pouvaient compter sur les services de Bell ExpressVu et de Shaw Direct. Comme Bell a modifié sa couverture de diffusion empêchant la réception aux États-Unis, ce qui était toujours possible avec Shaw Direct. On a vu ainsi pousser les coupoles de ShawDirect un peu partout en Floride indiquant souvent la présence de Québécois.

Le 31 mai dernier, Shaw Direct a modifié son offre. Le diffuseur mettant en service un nouveau satellite (Anik G1) qui ne couvre que le territoire canadien, a coupé son service hors Canada. Comme Shaw Direct n’a rien publié dans son site Web, il n’en fallait guère plus pour que la machine à rumeurs s’empare de cette nouvelle. Plusieurs ont annoncé que même la diffusion était bloquée. La Fédération québécoise de Camping et de caravaning a ainsi annoncé qu’elle serait coupée dès la fin décembre 2013. Cette nouvelle n’était pas du tout exacte.

M. Serge Canuel, Directeur régional de l’exploitation- Région Est chez Shaw Direct explique que « l’entrée en service à la fin mai du nouveau satellite Anik G1 a effectivement changé la donne. De nombreux canaux ont été ajoutés et quelques uns y ont migré. Ce sont surtout des canaux en haute définition (HD). Comme le territoire couvert est différent de ceux des anciens satellites Anik F1 et Anik F2 toujours en fonction nous avons du mettre fin à nos activités hors Canada. En effet, notre offre de service est seulement complète au Canada. ».

En ce qui touche le service à la clientèle, le soutien à l’installation, l’identification des problèmes, M. Canuel confirme la nouvelle à l’effet que Shaw Direct met fin totalement à ses activités au sud de la frontière canadienne. Il nie toutefois que la diffusion soit affectée dans les prochaines années. « On ne s’apprête pas à changer l’empreinte de F1 et F2, affirme M. Canuel. Ce qu’on va faire dans cinq ou dix ans, je ne peux le dire. Le territoire de diffusion des anciens satellites n’est pas touché. »

En ce qui touche les canaux en français, M. Canuel indique que la diffusion à laquelle abonnés avaient accès auparavant ne sera pas affectée car elle continuera à être diffusée par les anciens satellites. La nouvelle programmation, particulièrement la programmation locale ne sera pas accessible car diffusée par le nouveau satellite.

La diffusion du satellite G1 peut aussi entraîner des conséquences importantes dans la programmation de certains postes, explique M. Canuel. Par exemple, les abonnés savent que lorsqu’on diffuse certains postes américains, Shaw y incruste les publicités canadiennes. « Ce que les abonnées ne se rendent pas compte c’est que nous pouvons basculer la diffusion d’un satellite à un autre. Aussi dans certains cas aux usa des parties de la diffusion seront absente, l’abonné aura devant lui tout à coup un écran noir car cette portion d’émission est diffusée par le nouveau satellite. »

Un autre service qui vient d’être modifié et qui pourra avoir un impact majeur sur sa clientèle c’est celui de l’utilisation dans une résidence secondaire. « Auparavant, indique M. Canuel, les abonnés étaient libre d’acquérir une deuxième coupole et de l’installer à leur chalet ou sur leur véhicule récréatif. La modification est que chaque point de réception doit faire l’objet d’un compte distinct. Un abonné pourra s’inscrire au programme Deuxième résidence et bénéficier pour une écoute simultanée aux deux endroits de la même programmation avec un rabais de 50%, s’il s’agit d’un ancien client ou de 25% s’il s’agit d’un nouveau client. Si un abonné n’écoute qu’à un seul endroit à la fois, le service additionnel est gratuit mais il doit aviser Shaw Direct de tout changement du lieu d’écoute. »

Ce changement de service aura un impact majeur sur le snowbird qui ne pourra donner une adresse américaine pour sa résidence secondaire. Le propriétaire de VR pourra donner l’immatriculation de son véhicule et circuler là où il veut. C’est ainsi qu’on réalise que l’utilisation des ondes diffusées par les satellites F1 et F2 aux États-Unis entre dans une zone grise. M. Canuel affirme finalement que «  nous ne voulons vraiment plus encourager la captation aux États-Unis de nos ondes. Nous ne donnons plus du tout de support aux abonnés qui y sont localisés, ni pour l’installation, ni pour fournir une clé de réactivation d’un appareil, ni pour identifier si un équipement est défectueux. Les abonnés qui le feront le feront à leurs risque sans que nous garantissions la qualité. »

Cela nous amène à se demander si un abonné peut légalement utiliser les ondes des satellites. À cette question M. Canuel répond «  Shaw Direct n’encourage pas ses clients à le faire » mais ne veut pas s’avancer plus avant sur cette question.

Principaux changements

  Avant juin 2013 Depuis juin 2013
Couverture satellitaire F1+F2=Amérique du Nord F1+F2 Amérique du Nord

G1= Canada

Programmation F1+F2= tous les postes, SD et HD G1= nouvelle programmation HD

F1+F2= La programmation SD et certains HD

Option Chalet Gratuité pour l’utilisation dans une résidence secondaire Obligation d’ouvrir un compte séparé pour la résidence secondaire

Gratuité pour l’utilisation à un seul endroit à la fois (en le déclarant)

si utilisation simultanée (clause « ado »), rabais de 25% pour le compte de la résidence secondaire (à l’utilisation) ou de 50% si ancien client.

 

juin 162013
 

Mon beauf a joué au pusher qui fournit les premières doses. Il y a troius semaines il est venu déposer un Ipad mini pour que je l’essaie quelques temps, pour je tente la chose qui certainement me tentera. Et la chose a marché…

Nous avons un ordi, un ipod, un téléphone intelligent de l’avant dernière génération, une tablette HP TouchPad basculée en Android 4.0, deux Kindle mais pas de Ipad… Simplicité volontaire?

J’ai beaucoup aimé le Ipad Mini. Beaucoup.

Je ne croyais pas au format. Je le trouvais trop petit. En fait, si j’employais ce vocabulaire, je dirais que j’ai adoré. Très léger. Suffisamment grand pour présenter assez d’info. Ergonomie exemplaire. Réactivité exemplaire: On commande et ça bouge! Il y a un logiciel de reconnaissance de la voic: Siri qui fonctionne bien. Dicter un paragraphe avec peu de corrections à faire.  Pour dire.

Et il y a laPresse+.

Vraiment, c’est une application « killer ». Le genre d’application si bien faite qu’on décide d’acheter la seule machine sur laquelle elle roule. Car merde ça prend un Ipad. Je suis contre ces formats propriétaires qui interdisent de rouler sur une autre machine. Je préfère les formats ouverts. Ici, laPresse a choisi le format le plus barré: celui du ipad d’au moins de deuxième génération. Pas moyens de rouler ça sur ma machine Android.

Brillant comme développement. La navigation coule de source. L’information y est bien présentée, par thèmes. Une intro, une photo et des onglets. Des contenus compémentaires: textes, photos, tableaux, vidéos. Complet. Nouveau média. Totalement. Impressionnant. Mais rassurez-vous j’aime toujours le papier… Moi qui aime le papier pour l’espace qu’il occupe, la manière dont est présentée l’info, la capacité de survoler les pages, de saisir au passage le sens, de « lecturer rapide ». Moi qui aime partager les cahier avec mon amoureuse. Moi qui aime maintenant aussi la lecture imposée, le fil choisi par les éditeurs, la publicité brillante.

2013-06-16_172959Mais faut un ipad d’au moins deuxième génération, et je n’ai plus de Ipad Mini. Daniel l’a repris hier. Je fais quoi. Pas de Presse papier le dimanche… mais une Presse+.

Je fais quoi?

Avez-vous des trucs pour avoir accès quand même au contenu exclusif? Car je ne peux me résoudre à jeter aux vidanges ou presque donner mon TouchPad alors qu’il fonctionne à merveille. Car ça me fait vraiment chier que la Presse ait été si brillante dans une technologie fermée, barrée à deux tours. En atttendant, je fais quoi?

Le seul moyen trouvé jusqu’à maintenant, c’est via Twitter.

  • Rechercher les liens débutant par « plus.lapresse.ca » et on a alors accès à du contenu Plus. Une page. Par exemple cliquez ici:
    http://plus.lapresse.ca/screens/46c5-8c04-51b9f320-b57c-44aeac1c6068|HETqvr3KxceK.html …car en effet les chanceux disposant de la machine magique peuvent s’ils ne sont pas trop radins partager les contenus exclusifs à leurs amis twitter ou facebook. Je cherche ces « amis » car dans leur grand nombre on peut couvrir pas mal tout le contenu exclusif.
  • Chercher le mot clé #lapresseplus ou se faire ami ami facebook avec LaPresseFB

2013-06-16_172809

 

Partagez-moi vos autres trucs!

 

juin 122013
 

La décision de Shaw Direct de couper son service aux USA a créé tout un boucan dans le monde des snowbirds. On comprendra que le satellite était le choix privilégié pour les Canadiens d’accéder à la télévision canadienne dans le sud des USA (on peut utiliser aussi les appareils du type SlingBox qui fonctionne par internet mais qui requiert un décodeur fonctionnel au Canada, un lien internet haute-vitesse au Canada et un autre aux USA). Lire l‘article de LaPresse+ à ce sujet.

Lire le blogue de Paul Laquerre à ce sujet et  celui de Paul Nantel sur l’implcation de la FQCC.

Je n’ai jamais compris que mon fournisseur internet me laisse consulter mes courriels mais qu’il bloque tou.tv quand je suis en Floride.

En fait, dans le cas présent, l’os, c’est que les diffuseurs américains et les cablodistributeurs ne diffusent aucune chaine québécoise aux USA sauf tout près de la frontière (on capte Radio-Canada). Ainsi en Floride Comcast na aucune offre pour les Canadiens. Rien. Un poste en français pour 10$ TV5-Monde (ce n’est pas notre TV5, c’est la version diffusée en Europe et en Afrique selon leur faisceau horaire).

Ici au Canada, les cablos ont une offre complète pour les canaux américains. Là, rien. Pourtant il y a plein de postes en espagnol…

Le Gouvernement du Canada, devrait demander au CRTC d’organiser un deal avec le FTC qui gère les communications américaines de manière à obtenir une contre-partie pour les Canadiens aux USA.

Décès de mon oncle Jules

 Commentaires fermés
mai 242013
 

Le plus jeune frère de mon père, Jules, est décédé mercredi dernier.

Mon oncle de l’Outaouais, grand homme imposant qui ressemblait beaucoup à mon père, aimait beaucoup rigoler. Toujours le mot pour rire.

Il avait étudié à l’Université d’Ottawa où il a trouvé l’amour et où il a décidé de s’établir. Il était un avocat bien impliqué dans son coin, puis un juge respecté.

2013-05-25_151529

 

voici ce que Radio-Canada dit de lui:

Un fervent défenseur du service d’aide juridique s’éteint à Gatineau

L’ancien juge Jules Barrière est décédé mercredi, à sa maison de Gatineau, entouré de sa famille.

Le juge à la retraite Jules Barrière est décédé mercredi à Gatineau à l’âge de 79 ans, entouré de ses proches dans la maison familiale, après une lutte de quatre ans contre le cancer de la prostate. Plus récemment, la maladie avait atteint ses os.

Les funérailles se dérouleront mercredi prochain, 29 mai, à 19 h à la cathédrale Saint-Joseph, dans le secteur de Hull.

Pour exprimer leur sympathie, la famille invite les Gatinois à envoyer un don à la Société à la Société canadienne du cancer.

La famille souligne que, même durant la maladie, M. Barrière a tenu à s’approprier des causes sociales, dont la centralisation du CLSC d’Aylmer. Il souhaitait empêcher cette mesure, afin de maximiser le service à la clientèle.

M. Barrière avait aussi écrit des lettres ouvertes et s’était déplacé, malgré sa maladie, à la consultation publique.

Parcours professionnel

Formé à l’Université d’Ottawa, Jules Barrière a pratiqué le droit dans la Ville de Hull, tant au civil qu’au criminel, de 1961 à 1970. Alors en pratique privée, il a collaboré à l’élaboration du modèle québécois d’aide juridique.

Dès l’ouverture de ce bureau à Hull, en 1970, M. Barrière est nommé directeur des Services juridiques du Barreau. Un an plus tard, lors de la création du réseau d’aide juridique, il devient le premier directeur général du Centre communautaire juridique de l’Outaouais, un poste qu’il occupera pendant dix ans, jusqu’en 1981

Jules Barrière a aussi fait partie du comité des négociations pour obtenir une entente de réciprocité entre les régimes d’aide juridique des provinces canadiennes, assurant ainsi aux résidents les plus démunis un accès aux services juridiques.

Il a par la suite occupé les fonctions de juge de la Cour du Québec (1981-2000) puis de juge suppléant à la Cour du Québec de Hull (2003-2009) jusqu’à sa retraite.

Bien présent dans sa communauté, M. Barrière s’était vu décerné en 2012 le prix Robert Sauvé volet « réseau » pour sa contribution à la promotion des droits des démunis.

Il avait acquis il y a quelques années un condo dans un Century Village et m’avait encouragé à en faire auant!

Nous offrons nos condoléances à ma tante Bernadette et Sylvie, Yves et Louis.

Sharing Buttons by Linksku