juil 192012
 

Voilà plusieurs mois que j’ajuste ma recette de pain sans gluten. Voici celle que j’utilise maintenant.

20111213-130136.jpg

Ainsi, mes trois tasses de farines sont un mélange de   farine de riz brun, farine de riz blanc  et de farine autre: quinoa, millet, arrowroot, sarrasin.

Je ne jure plus que par le levain. Il permet une levée plus lente et mieux contrôlée. On démarre le tout le soir avant de se coucher et le lendemain on cuit au lever!

Ingédients

  1. 2/3 tasse de levain *
  2. 1 1/2 tasse d’eau de source
  3. 2 cs d’huile d’olive
  4. 2 cs de miel
  5. 1 oeuf
  6. 3 tasses d’un mélange de farines sans gluten (principalement de riz , de quinoa, de tapioca, de pois chiche, de sarrasin, de teff, etc.)
  7. 2 ct de farine de guard
  8. 1/4 tasse de grains moulus (ex.: lin)
  9. 1 ou 2 cs d’eau de source
  10. 1 cs de graines de sésame (garniture)

Recette

  • Ajouter l’eau, un oeuf, l’huile, le sel et le miel dans le bol de la machine à pain (MAP).
  • Prélever 2/3 tasse de levain (on conserve le reste pour le nourrir) et l’ajouter au bol.
  • Démarrer le cycle « rapide » [ou « pâte » pour la B6000] . Le cycle malaxera le mélange environ 15 minutes.
  • Ajouter le guard. Cela épaissira le liquide et forme une espèce de crème. Le guard étant l’agent liant on s’assure ainsi qu’il soit rependu uniformément.
  • Ajo20111212-224309.jpguter les farines.
  • Utiliser une spatule pour décoller les bords et permettre une mélange homogène. Ajuster la pâte avec une ou deux cuillerées d’eau pour obtenir une pâte pas trop ferme, mais pas trop liquide.
  • Arrêter complètement le cycle.
  • Enlever la lame du MAP (pour éviter d’avoir l’empreinte de la lame dans la moitié du pain).
  • Reformer la pâte et ajouter les graines de sésame,
  • Laisser reposer la pâte entre cinq et sept heures à 26°C . Si c’est plus c’est frais, prévoir plus de temps. Vous pouvez laisser la pâte le temps qu’il faut, si elle ne lève pas assez. Elle devrait doubler.
  • Démarre le cycle cuisson (bake) pour une heure. [Dans le cas de la machine Black anb Decker B6000, on peut programmer tout de suite le cycle « cuisson seulement » pour que le pain cuise dans un certain temps. On programme donc sept heures.]


* Levain: J’ai utilisé la méthode du site Délices sans gluten & Co:

20111212-224323.jpg

Un tiers de tasse de farine de riz, le même poids (environ un quart de tasse) d’eau de source [ou mieux du jus d’ananas frais pour le premier jour (truc que j’ai trouvé ailleurs)] dans un récipient qui ne soit pas de métal, on mélange et on laisse reposer couvert un jour à la température de la pièce (20-25 C). On ajoute les mêmes ingrédients ( un tiers de tasse de farine de riz, le même poids (environ un quart de tasse) d’eau de source au jour deux, trois et quatre (ça s’appelle nourrir le levain) . On laisse bouillonner. On a ainsi du levain. On en prélèvera une partie pour faire notre pain et on nourrira le reste pour le lendemain.

Henri Granier a publié un excellent livre : « le pain au levain au naturel » et un petit livre en pdf qu’il permet de distribuer librement. Le voici: Pain au levain-faq . Même s’il travaille surtout avec de la farine de blé, sa méthode conserve sa valeur avec les adaptations nécessaires.

 

 

 

La Bible passe le test du numérique

 Commentaires fermés
juil 102012
 

D’aucuns se demanderont pourquoi, avec toutes les liseuses et logiciels de lecture sur ordinateur, installer un logiciel spécifique pour lire un seul livre? Ce logiciel existe pourtant pour à peu près toutes les plate-formes technologiques pour la Bible.

L’avantage des logiciels et applications sur la Bible par rapport au texte simple des liseuses, c’est la capacité de recherche, l’affichage multiversions et l’accès à une grande richesse de références. Par exemple des logiciels permettront de connaître quel était le mot utilisé dans l’original et sa définition.BibleReader sur iOs L’intérêt de ces outils est de faciliter la recherche. On peut ainsi répertorier tous les endroits dans la Bible où tel mot est utilisé. On pourra y lire les notes d’étude et les commentaires d’experts et y ajouter ses propres notes. Dans le cas des logiciels cités plus bas, le moteur est gratuit de même que les traductions dont les droits ont été libérées. On peut acheter les traductions récentes.

Les trois principaux logiciels avec versions françaises sont les suivants:

  • Le logiciel Online Bible (OLB) est disponible dans le site de 123-Bible et de onlinebible.org . Il est l’un des premiers logiciels offerts gratuitement et roule sous Windows. Plusieurs traductions sont disponibles en français. Chez 123-Bible, un dictionnaire complet est compris dans le logiciel de départ gratuit. Pour PC, c’est le logiciel le plus complet et le plus simple d’installation et d’utilisation. De nombreux modules peuvent aussi être ajoutés.
  • Le logiciel du Projet Sword est libre et ouvert (Opensource GNU) et multiplateforme (Windows, Mac, Linux, Android et iOs). En français, seules quelques traductions sont disponibles.
  • Le logiciel BibleReader est certainement le meilleur pour les téléphones intelligents et les tablettes. Quelques traductions françaises sont disponibles gratuitement. Une très bonne traduction récente (Segond 21) est disponible pour 10$ par l’intermédiaire du Apple Store. La lecture est aisée et on peut fractionner l’écran pour rouler plusieurs traductions synchronisées. Une version pour Windows vient d’être lancée mais n’est pas aussi puissante que la Online Bible.

Pour ceux qui ne veulent pas installer un logiciel, il est aussi possible de consulter directement avec son navigateur un grand nombre de traductions en html. Pour les liseuses, voici un lien vers de très bonnes versions.

On dit que la Bible est le livre le plus diffusé dans sa version imprimée et il semble bien que la transition vers le numérique soit très bien amorcée.

 Article publié le 10 juillet 2012 par Les News

 

juin 092012
 

J’ai eu quelques échanges par courriel avec Mme June Barry. Mme Barry a trouvé le livre de Roland Barrière sur mon site et  cherchait à s’en procurer une copie papier. Elle m’a expliqué que son mari descendait d’un Barrière qui avait modifié son nom pour Barry. Elle mène ces recherches pour ses enfants, descendants de Barrière. Elle m’a envoyé quelques photos et accepte de les voir ici publiées.

Voici quelques extraits de nos échanges.

I would like to buy the Rene Barriere book. I was so happy to find it. Although I can’t read French, I want to have it translated. My now deceased husband is Wilfred Ovilo Barry. His father Ovila Romeo Barriere changed his name to Thomas Barry probably in the 30s. His father was Hormidas Barriere who changed his name to Wilfred H Barriere. Hormidas was a son of Moise’s. I can’t tell you how happy I am to find your email. I live in Oak Brook Illinois. I have 3 children and grandchildren. Thanks so much for uploading the Rene Barriere info and the pics. Wow! I have a Facebook account (under the name June Wonecke Barry) and just friended you, but I am computer stupid and have never posted anything on Facebook. My granddaughter set up the account for me and all of her friend’s chats seem to hop onto my account. Don’t really know how Facebook works.
June Barry

Wilfred Hormidas Barriere

Wilfred Hormidas Barrière

Hi Marc,

Moise Barriere and Celeste Loiselle are my great grandchildren’s 4th greatgrandparents through Horimidas Barriere aka Wilfred H Barriere from Worcester MA. To find a picture of Moise on your download was really exciting. Two more Barrieres aka Barry were born this week to my family.

The wives of two different grandsons had baby boys – William and Carter. We have Hormidas’s picture. It is posted on ancestry.com. I posted it above but not sure if it will go through to you. Wilfred H Barriere was a builder of diners in Worcester MA. His brother, Napolean, worked with/for him. My husband was a home/apartment builder and developer in DuPage County IL. My son Thomas Joseph Barry is a home builder/developer. It was about 25 years ago when we found out our real name was Barriere. At that time, my husband wanted to change our last name back to Barriere and I said no. I had no idea then what a wonderful family I married into. Now that I know more about the Barriere ancestors, I wish we would have changed back to Barriere. Again, I thank you one more time for posting the Rene Barriere info. You are one of my favorite people. Here is a pic of their monument:

I have found 2 sets of 16th great grandparents to my great grandchildren. Since the pictures are going through, here is Aurore’s tombstone in Worchester, MA.

She is a daughter of Wilfred Hormidas Barriere. My sister-in-laws did meet her. This is one of my daughters next to a Barriere tombstone in Worchester MA

Suite à cet article, June a envoyé cette généalogie à toute sa famille:

This was sent to my Barry/Barriere family last week.

PEDIGREE OF DONOVAN BARRY THROUGH CELESTE LOISELL, HIS 4TH GREAT GRANDMOTHER

We all have 286,084 – 16th greatgrandparents. I found 2 sets for my great grandchildren. The number of “great”s is the number of generations minus 2 (your parents and grandparent’s generation)

16th greatgrandparents
Pierre Charron (1475-Oct 1543) = unknown
b in Meax, France – merchant fuller, maker of felt fabrics – father of 5 children

16th greatgrandparents
Jehan Gillet = Catherine Garnier
both born in France. Parents of Catherine Gillet (see below)

15th great grandparents
Gilles Charron (1500-1581) = Catherine Gillet (1520-73 age 53)
Married in 1545 in Meax, France. Both born in Meax. She is the mother of 5 of his children.
15th greatgrandparents
Etienne Desguez = unknown
Father of Faronne Deaguez (see below)

14th greatgrandparents
Estienne Charron (1545-Oct 1610) = Faronne Desguez (1550-) – second wife
Both born in Meax, France and married there in 1575. He was a merchant fuller maker of felt fabrics

14th greatgrandparents
Jean Babault = Perrette Riviere
Parents of Madeline Babautlt (see below)

13th greatgrandparents
Gilles Charron (1580-) = Madeline Babault (April 1588-1637 age 48)
Both born in Meax, France and married there on June 3, 1613.

13th greatgrandparents
Pierre Martin (1690-) = Marguerite Gilbert (1632-)
Parents of Judith Martin (see below)

12th greatgrandparents
Pierre Charron (1610-45) = Judith Martin (1611-52)
Both were born in Champagne France and married there in 1635
12th greatgrandparents
Pierre Pillat (1625-) = Marquerite Moulinet (1627-)
Parents of Catherine Pillet (see below)
11th greatgrandparents
THE CHARRON’S FIRST FRENCH CANADIAN ANCESTORS
Pierre Nicholas Charron (1635-Dec 25, 1700 age 65) = Catherine Pillat (1665-1717 age 71)
He was born in Meax France. Questions about her birth (see below) . A FOUNDING MOTHER OF QUEBEC – A KING’S DAUGHTER. He was a master leather dresser. They were married on October 19, 1665 in Montreal Canada. He was 25 and she 19. They had 12 children.
10th greatgrandparents
Francois dit Larose Chagnon (1640-93 age 53) = Catherine Charron (1666-1746 age 80)
He was born in St George France and she in Montreal Canada. They were married on July 23, 1679 in Contrecoeur Canada. They both died in Vercheres Canada

9th greatgrandparents
Francois dit Livernos Benoit (1676?) = Angelique Chagnon (1667-1773 age86)
Both born in Vercheres Canada and married in lie Bouchard Canada on February 7, 1710

8th greatgrandsons
Jean Baptiste Tetrealt (1714-52) = Angelique Livernos Benoit (1713-1804) age 91)
7th great grandparents
Jean Baptiste dit Ducharme Tetreault (1736-1809) = Marie Josephe dit Larourslere Rivard (1730-1809 age 79) Married in Jan 1575 in St Charles Richelieu Quebec

6th greatgrandparents
Prudent Loiselle (April 1757-) = Marie Louise Tetreault (1760-)
They were married on July 9, 1776 in Saint Charles Richelieu Canada

5th great grandparents
Antoine Sinot Loiselle (1793-1848) = Euphrasy (Mace) Masse (b-1787)
Married in 1812 in Saint Mathias Canada

4th great grandparents
Moise Barriere (1820-1900) = Celeste Loisell (1826-)

3rd great grandparents
Wilfred Hormidas Barriere = Albina Rivet

2nd great grandparents
Thomas Ovila Romeo Barriere = Grace Barry

Great grandparents
Wilfred O Barry = June Wonecke
Grandparents
Thomas Joseph Barry = Nanci Sellheim

Parents
Adam Barry = Jennifer Mrazek

Donovan Barry b 2005
————————————————————-

CATHERINE PILLAT -11TH GREAT GRANDMOTHER
Of Alqonquian-Siberian origin born in France about 1651?

Based on the sound genealogical and scientific DNA evidence presented here, what can be reasonably deduced about the maternal lineage of Catherine Pillard?

The traditional belief regarding the origins of Catherine Pillard is that she was born in La Rochelle, France, immigrated to Quebec around 1663 as a “King’s daughter”, and later married Pierre Charron. Pierre and Catherine had twelve children from their marriage. Their descendants today include all the authors of this study.

The proven lineages of two of the tested individuals converge into the historical person Catherine Pillard, who lived, married and raised her large family in 1660s Nouvelle-France. Despite the existence of records of Catherine originating from France, the experts testimonies cited in this article prove it would have been impossible for her mother to be of European origin. The mtDNA evidence proves to be a rare form of Siberian haplogroup that match the Algonquian haplogroup or that of other northeastern natives of North America.
The entire article about the research is here: http://www.geninfo.org/Pillard/Pillard.html
If interested, you can print it out before it is zapped.

THE BARRIERE (BARRY) WOMEN CAN JOIN THE SOCIETY OF THE KING’S DAUGHTERS
Full membership is for direct descendants of a King’s Daughter and/or a soldier of the Carignan Regiment. – You are a descendant of Jean dit Baisset Bessette and 2 King’s Daughter, Anne Seigneur, Mary Catherine Pillat and Pierre Nicholas Charron.

The purpose of La Société des Filles du roi et soldats du Carignan is to honor the memory of our courageous ancestors, the filles du roi (King’s Daughters) and the soldiers of the Carignan-Salières Regiment of 17th century New France.

http://www.fillesduroi.org/src/membership.htm

Nouveau robot boulanger

 Commentaires fermés
avr 182012
 

Ma vieille machine à pain a rendu l’âme en Floride. Enfin, elle est presque morte. Je la conserve pour là bas réparée à la main.

Après multiples recherches, j’ai choisi le robot boulanger « All-in-one » de Black-and-Decker B6000C qui comporte deux caractéristiques importantes pour faire son pain de riz:

  • un cycle sans gluten
  • un cycle de cuisson simple (bake)

J’ai eu en prime

  • un cycle de pâte simple que j’apprécie maintenant beaucoup
  • un large bac avec deux lames à malaxer qui semble très bien aussi

J’ai commencé par faire la recette de pain sans gluten recommandée dans le guide d’instructions. J’ai coupé la recette en deux car un pain de 3 livres me semble un peu gros. La B6000 est programmée pour des pains de 1,5, 2 et 3 livres. Ce fut un très bon pain, type levure.

J’ai par la suite fait ma recette de pain au levain en adaptant pour les nouveaux cycles: le mélange dans le bac je démarre le cycle « pâte ». Après un dizaine de minutes, il y a une longue pause, j’interromps le cycle. Je programme une cuisson simple (cycle cuisson seulement) pour obtenir le pain  dans 7 heures. Voici deux photos du résultat!
20120418-092448.jpg 20120418-092459.jpg

Continue reading »

déc 122011
 

Voilà plusieurs mois que j’ajuste ma recette de pain sans gluten. Je crois avoir trouvé la meilleure recette. Celle qu’on adapte à ses besoins. Des farines différentes donnent un goût différent.

20111213-130136.jpgJ’ai pris aussi l’habitude de moudre moi même une partie de la farine de riz que j’utilise dans un pain. Ainsi j’incorpore généralement 1/2 tasse de riz brun bio moulu au moulin à café. Même chose pour le quinoa et le lin qui donne une belle couleur et une meilleure texture au pain.

Ainsi, mes deux tasses de farines sont un mélange de 1/2 tasse de farine de riz blanc, 1/2 tasse de farine de riz brun, 1/2 tasse de riz brun bio moulu et de 1/2 tasse de farine autre: quinoa, millet, arrowroot, sarrasin.

Je ne jure plus que par le levain. Il permet une levée plus lente et mieux contrôlée. On démarre le tout le soir avant de se coucher et le lendemain on cuit au lever!

Ingédients

  1. 2/3 tasse de levain *
  2. 1 tasse d’eau de source
  3. 2 cs d’huile d’olive
  4. 2 cs de miel
  5. 1 oeuf
  6. 2 tasses d’un mélange de farines sans gluten (principalement de riz , de quinoa, de tapioca, de pois chiche, de sarrasin, de teff, etc.)
  7. 2 ct de farine de guard
  8. 1/4 tasse de grains moulus (ex.: lin)
  9. 1 ou 2 cs d’eau de source
  10. 1 cs de graines de sésame (garniture)

Recette

  • Ajouter l’eau, un oeuf, l’huile, le sel et le miel dans le bol de la machine à pain (MAP).
  • Prélever 2/3 tasse de levain (on conserve le reste pour le nourrir) et l’ajouter au bol.
  • Ajo20111212-224309.jpguter les farines.
  • Démarrer le cycle « rapide » [ou « pâte » pour la B6000]  . Le cycle malaxera le mélange environ 15 minutes. Utiliser une spatule pour décoller les bords et permettre une mélange homogène. Ajuster la pâte avec  une ou deux cuillerées d’eau pour obtenir une pâte pas trop ferme, mais pas trop liquide.
  • Arrêter complètement le cycle.
  • Enlever la lame du MAP (pour éviter d’avoir l’empreinte de la lame dans la moitié du pain).
  • Reformer la pâte et ajouter les graines de sésame,
  • Laisser reposer la pâte entre cinq et sept heures à 26°C . Si c’est plus c’est frais, prévoir plus de temps. Vous pouvez laisser la pâte le temps qu’il faut,  si elle ne lève pas assez. Elle devrait doubler.
  • Démarre le cycle cuisson (bake) pour une heure. [Dans le cas de la machine Black anbd Decker B6000, on peut programmer tout de suite le cycle « cuisson seulement » pour que le pain cuise dans un certain temps. On programme donc sept heures.]


* Levain: J’ai utilisé la méthode du site Délices sans gluten & Co:

20111212-224323.jpg

Un tiers de tasse de farine de riz, le même poids (environ un quart de tasse) d’eau de source [ou mieux du jus d’ananas frais pour le premier jour (truc que j’ai trouvé ailleurs)] dans un récipient qui ne soit pas de métal, on mélange et on laisse reposer couvert un jour à la température de la pièce (20-25 C). On ajoute les mêmes ingrédients ( un tiers de tasse de farine de riz, le même poids (environ un quart de tasse) d’eau de source au jour deux, trois et quatre (ça s’appelle nourrir le levain) . On laisse bouillonner. On a ainsi du levain. On en prélèvera une partie pour faire notre pain et on nourrira le reste pour le lendemain.

Henri Granier a publié un excellent livre : « le pain au levain au naturel » et un petit livre en pdf  qu’il permet de distribuer librement. Le voici: Pain au levain-faq . Même s’il travaille surtout avec de la farine de blé, sa méthode conserve sa valeur avec les adaptations nécessaires.

 

 

 

nov 222011
 

20111122-215541.jpg

Conférence ce soir de Serge Bouchard, l’animateur de cette émission que j’aime beaucoup,  De Remarquables Oubliés. M. Bouchard nous a présenté la genèse de son émission et du livre qui en est découlé sur ces femmes qui ont fait l’Amérique. Que l’histoire présentée de sa manière peut être intéressante.

Nous avons tout intérêt à connaitre notre histoire. Nos ancêtres ne sont sont pas ceux dont parlaient nos livres d’histoire. On nous parlait des nobles français qui ne sont pas nos ancêtres car ils ont quitté le pays à la conquête. On ne nous parlait pas des hommes et des femmes qui ont habité le pays et qui sont restés, eux.

 

20111122-215555.jpg

oct 232011
 

Il y avait, il n’y a pas si longtemps, très peu de livres numériques en français. Mais la vague arrive.

Le Devoir publie un excellent cahier spécial ce week-end sur le sujet. Les éditeurs québécois cherchent de plus en plus à être présents sur ce marché.

Mais il y a un os.

Depuis quelques semaines je ne cesse d’en découvrir de nouveaux livres disponibles sur le Web. Un peu comme du temps de Napster pour la musique, il y a quelques sites francophones qui répertorient et distrtibuent des livres numériques (teamalexandiz.org, ebooks-gratuit.com). Ce qui frappe ce sont ces sites privés présentant des collections de milliers de livres numérisés. Les adresses ne sont pas directement répertoriées par les Google de ce monde, mais pour peu qu’on soit habile, on les découvre facilement.

On y gère les livres avec un logiciel extraordinaire Calibre qui permet de répertorier, de convertir dans le bon format de sa liseuse et même de lire sur son ordi. On publie sa collection de livres numériques avec un autre logiciel gratuit, Calibre2opds qui crée ces magnifiques planches qu’on peut mettre en ligne. On lira ces livres sur le Kindle (combien j’aime le Touch que je me suis procuré par cher aux USA), le Kodo mais aussi sur le iPad, le iPod Touch .

Ces bibliothèques sont entreposées dans les espaces publics de DropBox . Ce n’est pas très difficile de trouver les liens pour ces collections avec un peu d’imagination. Par exemple, Google me pointe vers un message facebook qui répertorie une dizaine de collections…

On y trouve des milliers de livres, des classiques du domaine public, des romans pour ados, du chick-lit et de très bons livres très récents. On y trouve Druon (Les Rois Maudits), beaucoup de Ken Follett (dont le tout dernier « la Chute des géants » qui n’est même pas disponible encore sur amazon.ca), plusieurs Kathy Reichs et plusieurs Québécois ( Sénécal, Pellerin, Brouillette ) .

Si pour le disque on distribuait un mp3 qui n’était pas bloqué, pour le livre l’approche est différente. Dans le marché « des livres piratés » on ne cherche pas toujours à briser la serrure numérique d’un livre acheté. Non, dans beaucoup de cas, le livre « papier » est scanné avec un logiciel de reconnaissance des caractères. On se trouve à rééditer l’oeuvre.

C’est malheureux, mais le livre, l’industrie du livre, est en train de manquer le bateau. On fête le ipod  après dix ans d’une révolution pour l’industrie du disque. Le mp3 à 99 cents a tout changé. Pour le livre cette révolution n’a pas eu lieu. Les livres numériques ont chers. Souvent il n’y a qu’un rabais d’environ 30% sur l’édition papier pour un livre qu’on lira une fois et qu’on ne pourra prêter, ni donner, ni revendre… Certains éditeurs ont compris qu’en offrant un produit différent plus ciblé, il y retrouveront une clientèle différente ( Ulysse, l’éditeur des livres voyages, offre l’acquisition d’une partie seulement d’un guide, par exemple le Maine, sans avoir à acheter toute la Nouvelle Angleterre).

Fondamentalement, les achats de livres numériques sont plus proches de la location: le livre imprimé peut être lu, puis prêté oui et même revendu. On peut livre un livre numérique mais pas question de le prêter ou de le revendre.  Le modèle actuel est plus proche de celui du club vidéo où on louerait un film pour le même prix que l’achat…

Le marché du livre numérique devrait être revu et la tarification ajustée. Je suis prêt à payer 5$ pour le fichier barré, mais pas 20$.

En attendant le marché du livre pourrait manquer le bateau du numérique…

Mise à jour 21 mai 2012

Sur mon ipod, je lis

 Commentaires fermés
sept 272011
 

J’ai lu cet été Les piliers de la Terre , Un monde sans fin, Le pays de la liberté de Ken Follett. Des sagas historiques se déroulant sur le temps d’une vie au Moyen-âge pour les deux premiers et au moment de la révolution américaine pour le dernier. Bien ficelé, bien documenté. J’ai embarqué. Les personnages évoluent dans leur pensée. Certains sont modernes et réfléchissent comment des modernes, mais on accepte. Follett a la réputation de bien se documenter sur la vie quotidienne. On voir de loin le personnages historiques, mais de près de petites gens.

Je lis toujours avec Stanza sur mon ipod touch. J’ai trouvé une superbe bibliothèque de ebook chez TeamAlexandriz qui référence les ebooks de mégaupload: à visiter! Voyez son mur des 1000 livres les plus populaires.

20110927-115402.jpg

Crabe et hormard

 Commentaires fermés
août 022011
 

L’usine de crabe dans le petit port de Cap Lumière vient de reprendre ses activités. On y décortique du crabe. On peut même en acheter par la petite fenêtre latérale. Il y a la chair des pattes, la viande en vrac et toutes les variantes. On a préféré après dégustation, la chair des pattes. 7$ le paquet d’une demie livre.  Ça a constitué notre diner. Salade de crabe. Délicieux!

Puis en fin de journée la pluie annoncée pour la journée nous est arrivée. Souper à Bouctouche: homard. On nous avait recommandé le restaurant Ponzi (oui, oui, Ponzi, mes amis des valeurs mobilières rigoleront en se souvenant de la fameuse « arnaque à la Ponzi » qui est ici sans avoir aucun rapport!) . Un snack qui sert aussi d’excellents fruits de mer  au prix de la poissonnerie qu’on peut manger sur place.

Sharing Buttons by Linksku