Sep 282006
 

Voici le lien vers les courts épisodes de Lovebites , la version américaine de Un gars une fillehttp://www.gethairapy.com/lovebites/
Le juge Kirkland Casgrain, de la Cour supérieure, a ordonné hier que cesse immédiatement la diffusion de la série Lovebites, autant sur les ondes de la chaîne câblée TBS que dans Internet. Ça devrait donc être retiré du Web sous peu! (lire la Presse ce matin)

lovebites
lovebites2

LOVEBITES Guy A. Lepage gagne la première manche par Hugo Dumas de La Presse

Revirement majeur dans l’épopée américaine d’Un gars, une fille: le juge Kirkland Casgrain, de la Cour supérieure, a ordonné hier que cesse immédiatement la diffusion de la série Lovebites, autant sur les ondes de la chaîne câblée TBS que dans Internet.

Le juge Casgrain exige aussi que soit cassée l’association entre Lovebites et les produits capillaires Sunsilk, une marque du géant Unilever. Bref, le producteur québécois d’Un gars, une fille, Avanti Ciné Vidéo, et son créateur, Guy A. Lepage, ont gagné la première manche contre leur producteur américain, JWTwo Entertainment, installé à New York.

«Je suis très content du jugement. Le juge a mis ses culottes», commente Guy A. Lepage, joint hier par La Presse.

Évidemment, la série Lovebites n’a pas été retirée des ondes et d’Internet hier soir. Il faudra traduire, puis transmettre le jugement à TBS et JWTwo Entertainment, ce qui pourrait prendre deux jours. L’injonction accordée hier vaut jusqu’au 6 octobre. Et si les procédures judiciaires se déroulent au Québec plutôt qu’aux États-Unis, c’est qu’Avanti l’avait exigé dans son contrat initial.

Dans sa décision, que La Presse a consultée hier soir, le juge Casgrain note qu’Avanti et Guy A. Lepage n’ont jamais pu approuver le produit final. Les premiers épisodes ne leur ont été transmis que le 22 septembre, soit neuf jours après le début de la diffusion de Lovebites sur TBS.

«Difficile enfin de ne pas comprendre la surprise (d’Avanti) quand elle a pu visionner le produit final: (…) il s’agit d’un véhicule destiné à servir la promotion de produits commerciaux», écrit le juge Kirkland Casgrain, en notant qu’Avanti et Guy A. Lepage avaient pourtant écarté ce traitement marketing dès le début des négociations.

Mardi, au palais de justice de Montréal, Avanti a déposé une poursuite de 1,3 million contre JWTwo Entertainment pour avoir complètement dénaturé Un gars, une fille en le transformant en véhicule publicitaire pour Sunsilk.

Contacté hier à New York, le vice-président de JWTwo Entertainment, Stuart McLean, a renvoyé nos questions à la porte-parole du groupe, Erin Johnson, qui n’a finalement pas rappelé. JWTwo Entertainment appartient à JWT, une des plus grosses agences de publicité en Amérique du Nord, qui a aussi des antennes partout dans le monde.

La série Lovebites, qui devait s’appeler Love Bugs, a été tournée cet été à Toronto. Le comédien montréalais David Julian Hirsh y reprend le rôle de Guy A. Lepage, tandis que Lauren Bittner défend le personnage de Sylvie Léonard. Le contrat initial prévoyait une durée minimale de sept minutes pour chacun des épisodes. Ils ont cependant été raccourcis à deux minutes et demie.

«Je ne voudrais pas préjudicier au sort de ce dossier pour ce qui est de sa suite, mais de ce que je vois pour l’instant, (JWTwo Entertainment) semble ne pas avoir tout dit à Avanti, Distraction Formats et Guy A. Lepage», conclut le juge Kirkland Casgrain.

Désolé, les commentaire sont fermés pour l'instant.

Sharing Buttons by Linksku