Juin 142007
 

Un de mes auteurs fétiches est C.S.Lewis. Auteur irlandais décédé le jour même où esat décédé JF Kennedy, Lewis a écrit des ouvrages de « fantaisie » (la série de Narnia), de science-fiction (la trilogie cosmique) et de théologie (Screwtape, l’Essentiel du Christianisme). Je viens de terminer sa biographie signée Michael White.

ISBN: 0349116253
Biographie critique de cet ami de Tolkien (on apprend qu’il s’étaient brouillés vers la fin) où est mis en relief l’importance des parents et surtout de l,impact d eleur décès.
Dans notre société moderne on évacue la mort. On oublie l’impact de ces pertes. On accélère le deuil. Lewis a perdu sa mère lorsqu’il avait dis ans. Cela a marqué sa vie. Vraiment. Son père a sombré dans l’alcoolisme. Son frère aussi. Il y a eu quelque chose de brisé dans cette famille avec ce décès.
Si la mort d’une mère a pu avoir de telles conséquences au début des années 1900, qu’en est-il aujourd’hui?
Cette bio non complaisante est fort révélatrice de ces intellectuels que le monde des émotions finit par atteindre.

Désolé, les commentaire sont fermés pour l'instant.

Sharing Buttons by Linksku