nov 262014
 

Voici quelques photos récentes prises avec le téléphone Samsung S3 Mini sur le train (aservice Auto-Train de Amtrak) et rendus in Florida. La qualité est assez bonne et comme on a ces appareils sous la main,  ils peuvent nous dépanner. Éviter autant que possible d’utiliser le flash. Un bel exemple est la photo de la grenouille, je me suis appuyé pour stabiliser la prise de vue.

nov 152014
 
Plusieurs me demandent de leur recommander un service téléphonique pour leur séjour prolongé en Floride. En résumé voici là où j’en suis dans mon étude des différentes possibilités.
Pour celui qui ne veut qu’une ligne terrestre. Le mieux c’est l’utilisation d’un téléphone internet en VoIP. Donc MagicJack ou VoIP.ms pour les plus technos( c’est ce que j’utilise )
Pour un service illimité par cellulaire (appels et textos  illimités aux USA et vers le Canada) c’est le plan snowbird de RoamMobility qui à 20$ par mois est le plus économique. J’essaie ce service depuis les douanes. Ça fonctionne bien. C’est évident qu’en déplacement le service est inégal. En train il coupe mais dans la vue de tous les jours recevoir et faire appels et textos partout où l’on va c’est ce qu’on veut. Pour bénéficier du plan 20$ par mois pour un minimum de 3 mois (40$ pour le plan avec données) on doit avoir un téléphone débloqué et une carte sim de Roam ou leur téléphone style BlackBerry à 50$. Vous pouvez acheter cartes sim et appareil au magasin dutyfree aux douanes et ouvrir le compte par la suite par internet.  Pour 70$ vous pouvez commander le téléphone et 3 mois de téléphonie. Je bénéficie cette année d’une commandite de Roam Mobility pour tester leur produit et j’en suis très satisfait.
Pour celui qui veut un téléphone cellulaire pour les urgences et les appels occasionnels le meilleur est le Tracfone à 10$ par mois.
nov 092014
 

Il y a quelque chose d’injuste dans cette façon de faire du Gouvernement libéral de M. Couillard.

Injuste de changer les règles en cours de route, quand la partie est en cours.

Qu’on ajuste, qu’on peaufine, qu’on corrige, c’est normal, mais qu’on modifie ou qu’on enlève des pans complets de politiques, c’est inique,

Deux exemples.

Le fractionnement des revenus de retraite pour les retraités de moins de 65 ans est supprimé à compter de 2014 aux fins de l’impôt québécois.

Ça a l’air de rien, mais ça touche d’une manière importante des couples dont l’un des deux membres touche une retraite plus élevée que l’autre. On se trouve à additionner les deux revenus et à les fractionner. Par cette mesure, l’état reconnait surtout  l’effort que beaucoup de famille ont fait pour avoir et élever des enfants avec souvent un salaire unique. C’était dans une société anté-CPE. Une décision familiale. Avec ses plus et ses moins. Avant de prendre ma retraite, j’ai fait des calculs, j’ai fait faire des calculs, mon employeur m’a présenté des chiffres. On se fie à un certain revenu, mais c’est sans compter le budget du ministre Carlos J. Leitão d’avril dernier à l’occasion duquel il a annoncé que cette mesure est supprimée et à rebours en plus. On pourrait peut-être changer les choses pour les futurs retraités, mais pas pour ceux qui y sont déjà…

Deuxième exemple, la hausse des frais des services de garde en fonction des revenus familiaux. Tu viens d’avoir un, deux ou trois enfants. Ils sont en garderie ou le seront bientôt et le ministre t’annonce que parce que tu gagnes comme famille mettons deux fois 40000$ on va te charger 1000$ de plus par enfants par année. On ne fait pas d’enfants pour des économies d’impôts, mais les politique familiales facilitent, favorisent les naissances. Changer les règles d’une manière subite et surtout non annoncée, c’est pas correct. Si on annonce que à compter de l’année prochaine les futurs bébés ne pourront bénéficier des « anciens » prix, les parents pourront planifier… Mais maintenant, c’est inique…

Un tel Gouvernement est décevant.

oct 212014
 

Vous ne pouvez savoir quel bonheur et quelle émotion on peut ressentir quand son fils lance le livre sur lequel il travaille depuis longtemps. En effet David Jasmin-Barrière (retenez son nom) a lancé la « Divine Mitochondrie » publiée aux éditions de l’Hexagone. Amis, je vous invite donc à le réclamer chez votre libraire préféré!

 

oct 182014
 

L’intégration est la force de Apple.

Quand on a utilisé depuis des années un iPod, on a ses habitudes.

Lorsqu’on passe à un téléphone Samsung pour des raisons économiques, on reste en manque. En manque quant à la musique lorsqu’on contibue de gérer sa discothèque avec iTunes. Il y a de bonnes applis dans le lecteurs de musique (par exemple le Google Play) mais il reste que de charger et lire sa musique avec iTunes c’est compliqué…
Je viens de découvrir un bijou d’application. Une perle!

DoubleTwist. Vraiment!

Le lecteuScreenshot_2014-10-18-16-30-25r gratuit est correct. Il fait ce qu’il a à faire. Il lit tous les formats de musique, dans l’ordre et le désordre.

Là où ça devient intéressant c’est sa bibliothèque de plugins, le canif suisse complet est en vente à 8$ ces jours-ci et comprend la synchro manuelle et automatique par câble ou par wifi avec sa discothèque iTunes (complète ou selon une ou des listes de lectures), l’utilisation des haut-parleurs avec système AirPlay ou AirPort.

On peut aussi utiliser DoubleTwist pour s’abonner directement à des balados (Ah, je me suis réabonné entre autres aux balados de « À la semaine prochaine » et de « Plus on est de fous plus on lit » de Radio-Canada).

oct 122014
 

J’ai toujours su que Maurice Richard avait reçu sa première paire de patins neufs de mon grand-père. Ils habitaient le quartier Bordeaux à Montréal. Maurice avait joué pour le club Omer Barrière Chaussures.
Le célèbre joueur de hockey était plus près que je le croyais de mon grand-père. Il a été même son organisateur politique pour lors des élections de 1948 alors que mon grand-père s’était présenté et a été élu.

EPSON MFP image

EPSON MFP image

On peut voir aussi Maurice Richard en avant plan à gauche lors du 25e anniversaire de mariage de mes grands-parents.
archives-14

sept 102014
 

1- Le téléphone cellulaire

  • Un cellulaire est presque incontournable quand on voyage en voiture aux USA. Il faut éviter d’utiliser les services de son fournisseur canadien en raison des coûts. On peut prévoir un arrêt dans une grande surface aussitôt la frontière franchie et acheter un téléphone à la carte (ex.: Tracfone). Demandez au vendeur de vous l’activer sur place. Si on a déjà un cellulaire à la carte, on peut le recharger avant de quitter ou le faire en arrivant aux USA. Si on possède une adresse américaine associé à sa carte de crédit, on peut activer et recharger par internet.
  • Un fournisseur canadien est particulièrement intéressant, Roam Mobility. On achète au Canada une carte SIM qu’on glisse dans son téléphone intelligent débloqué (ou on achète un de leurs téléphones). On peut par la suite acheter en dollar canadien avec sa carte de crédit canadienne identifiée à son adresse canadienne des blocs de temps d’utilisation ou de données.

    On peut acheter ainsi un jour, quelques jours, quelques semaines ou même, et c’est très intéressant, un abonnement pour son séjour complet. Un seul achat par année permet de conserver le numéro de téléphone octroyé et le compte actif (un jour coûte environ 3$ pour le service téléphonique illimité au USA vers les USA et  Canada).
    Le plan « Snowbird » coûte quelque 40$ par mois et permet l’utilisation illimité du téléphone en émission et en réception partout aux USA et vers ou en provenance du Canada et un bloc de 1Go de données par mois. On peut ainsi éviter d’avoir une « ligne terrestre » là où on réside aux USA tout en conservant son numéro de téléphone américain sans frais de vacances.20131209-DSCN0561
    Si on possède un téléphone intelligent bourré d’informations et d’applications, on appréciera n’avoir qu’à changer la carte SIM en traversant la frontière pour conserver toutes les fonctionnalités auxquelles ont est habitué. Ce service est très utile pour celui qui ne résidera pas à un seul endroit (camping-car) car on n’est pas obligé de donner une adresse américaine. Si on peut se procurer les cartes SIM directement par internet ou à plusieurs endroits au Québec (ex.: Bureau en gros).
    Infos

2- Les cartes de crédit

  • Il est important d’aviser les institutions financières avec lesquelles vous possédez une carte de crédit du fait que vous partez en voyage et quel sera votre itinéraire. Il est possible d’associer avec une carte canadienne American Express une adresse américaine en plus de celle de sa résidence principale. C’est très utile pour celui qui veut se faire livrer des biens aux USA . Il est important de leur fournir un numéro de téléphone pour vous joindre aux USA en cas de problèmes (ex.: vol d’identité)
    Celui qui part tous les hivers aurait intérêt d’obtenir une carte de crédit émise par une institution américaine. En utilisant une carte de crédit américaine aux USA on sauve les frais de transaction.  Les membres des Caisses populaires peuvent par exemple ouvrir sans trop de problèmes un compte américain à la Desjardins Bank et y obtenir une MasterCard Desjardins Bank! D’autres institutions bancaires offrent le même type de service. On doit prévoir faire sa demande plusieurs semaines avant de partir.
    La meilleure stratégie est d’ouvrir un compte d’épargne en argent américain au Canada dans son institution financière principale (l’argent américain produit ainsi des intérêts au Canada) , un autre compte dans l’institution financière américaine associée à la première (pour y transférer gratuitement les fonds déjà convertis et payer ses factures américaines) et d’avoir une carte de crédit américaine de cette dernière .

3- Le courrier

  • À moins d’avoir une personne qui lève son courrier plusieurs fois la semaine, qui l’ouvre et vous en fait rapport, il convient de demander à Postes Canada de transférer à son lieu de résidence américain son courrier. C’est cher, environ 1$ par jour  (surtout quand on considère qu’en sens inverse c’est gratuit), mais ça permet d’éviter bien des problèmes (en cas de vol d’identité notamment, j’en sais quelque chose!).
  • Si on confie la tache à un parent ou un ami, s’assurer de préparer à l’avance de grandes enveloppes déjà timbrées avec votre adresse aux USA et s’entendre sur ce qui doit être envoyé et ce qui n’est pas nécessaire.

 4- Organiser des visites pour sa résidence

  • Informer  votre compagnie d’assurance de votre absence et vérifier à quelle fréquence votre domicile devra être visité. Si vous possédez un système d’alarme relié à une centrale, il peut être très intéressant d’obtenir l’option d’avis par courriel d’enclenchement du système, ce qui vous permettra de savoir qui a visité votre domicile et quand. Sinon, un registre pourra vous permettre d’établir le rythme des visites en cas de problèmes.

5- S’abonner à la Bibliothèque nationale pour obtenir des livres électroniques

  • La Bibliothèque Nationale (tout comme beaucoup de bibliothèques municipales) permet d’emprunter gratuitement des livres électroniques par internet que vous pourrez lire durant trois semaines sur une liseuse (Kobo, Sony mais malheureusement pas Kindle)  ou sur une tablette (avec l’application BlueFire).
    Vous pouvez remplir le formulaire d’abonnement aux services offerts à distance  de la BANQ en fournissant une adresse valide au Québec pour obtenir votre numéro de client et votre mot de passe. Vous recevrez d’abord une confirmation d’abonnement par courriel puis par la poste dans les jours suivants. Cette confirmation contient votre numéro de client et votre mot de passe. Vous pouvez modifier votre mot de passe en accédant à « Mon dossier » sur la page d’accueil du portail Internet.
    Ou passez à l’un des bureaux de la Bibliothèque Nationale du Québec pour vous abonner si ce n’est déjà fait. L’abonnement est gratuit. Vous aurez alors une carte vous permettant d’emprunter des livres de la bibliothèque et d’emprunter les livres de la collection numérique.

6- Permis de conduire

  • Avant de partir vers le sud et sachant que quelques états peuvent théoriquement exiger un permis écrit en anglais, demandez une copie de votre dossier à la SAAQ. Vous pourrez ainsi éviter des coûts de permis international. Sur le le site la SAAQ, entrez votre numéro de permis et demandez une copie de votre dossier de conduite en choisissant pour langue de correspondance l’anglais. Vous obtiendrez  sur une page le contenu en anglais de votre permis (classes, restrictions, etc.) ainsi qu’une autre page expliquant les infos contenues sur votre permis québecois.  La demande peut aussi être faite gratuitement par Internet et la SAAQ vous l’envoie par la poste.

 

Sharing Buttons by Linksku