Nov 292016
 

Ce matin, un magnifique visiteur. Une buse à épaulette.

Sans doute surveille-t-elle les écureuils et autres rongeurs qui gambadent dans le coin.

dsc_3413 dsc_3414 dsc_3415 dsc_3416 dsc_3417 dsc_3418 dsc_3419 dsc_3420

Nov 202016
 

Mon grand-père…  passait ses hivers en Floride, il faisait le deuil de la télé française. Pas de satellite. Pas d’internet. Il suivait ses nouvelles à un poste de radio qui portait une heure d’émission chaque jour. Il pouvait acheter la Presse de la veille dans certaines épiceries.
Tout change. Et parfois pour le mieux. Et puis il y a eu la télé satellitaire, et puis il y a eu l’Internet.

 

Le satellite.

La télé satellitaire est sur ses derniers milles. Bell a ré-enligné ses satellites pour ne couvrir que le Canada. Shaw Direct, l’autre diffuseur, a commencé sa migration du vieux satellite Anick vers de nouveaux qui ciblent aussi le Canada et s’arrêtent près de la frontière. Pourtant, il est toujours possible de capter en Floride les ondes de l’ancien satellite qui porte la majorité des postes francophones en résolution standard. Les nouveaux services et plusieurs postes en HD sont diffusés à partir du nouveau satellite. Ainsi si l’on dispose d’un décodeur activé au Canada et d’une coupole adéquatement alignée Sud Ouest à quarante et quelques degrés on se croira au pays. Shaw ne dispense aucun service à l’extérieur du Canada mais le satellite, l’ancien satellite, ne connait pas de frontières et éclaire jusqu’au chaud…

 

Slingbox

Un appareil Slingbox dispose d’entrées audio et vidéo et éthernet (certains modèles ont le wifi) et d’un émulateur infrarouge qui remplace la télécommande. On capture ainsi l’image et le son du décodeur Vidéotron/Bell/Shaw contrôlé avec l’émulateur IR. On la regarde sur un ordi, une tablette ou un dispositif TVBox-Android in Florida. C’est du un/un. La connexion à distance est réelle. Le décodeur s’allume réellement et si on change un poste, le décodeur change le poste réellement, le temps que la commande se rende…

La qualité de l’image est excellente et toujours fonction de la rapidité des deux connections internet. La bande passante est assez importante avec Slingbox: autour de 200Gb / mois en upload à Montréal et l’équivalent en réception. C’est un bon système, totalement légal .

C’est un peu comme installer une caméra devant la télé à Montréal et avec un dispositif ingénieux changer les postes avec un doigt mécanique… Et ça marche!

La télé Internet

 

L’internet peut transmettre des flux vidéos. Il permet de voir certains contenus dans les sites Web des diffuseurs. La plupart des contenus sont toutefois bloqués dès qu’on traverse la frontière.

Beaucoup dans les dernières années se sont connectés au site Assimilator qui diffusait d’une manière inconstante les principaux postes canadiens. Beaucoup on constaté que ce site avait au passage installé des logiciels malveillants bien difficile à enlever.

On peut obtenir un résultat très intéressant avec Kodi.  Il s’agit d’ une application pas mal géniale.

On peut installer Kodi sur plusieurs types de systèmes: Windows, Android, Linux, Mac… On peut ainsi l’écouter sur son ordi ou sa tablette ou sur sa télé si on dispose des câbles requis. On peut aussi installer Kodi comme une application sur plusieurs télé intelligentes, ou carrément  solo sur une TVBox qu’on se procurera sur Internet notamment chez Amazon .

Ce dispositif fonctionne sous le système d’exploitation Android Kit Kat et peut se connecter en Wifi. On peut y installer les mêmes applications que sur une tablette Android. On y installe ainsi l’application Kodi, ou l’application Slingplayer (lecteur Slingbox). Les deux app sont gratuites.
Une connexion internet est nécessaire (wifi ou filaire) , quatre prises usb permettent d’installer une souris ou un clavier, un disque externe qui pourra accueillir la musique, les vidéos qu’on y aura enregistré.

J’aime particulièrement un dispositif ingénieux, le Raspberry Pie qui fait le même travail. On peut y installer Kodi avec le OS Openelec (une version spécialisée de Linux). Il s’agit d’un ordinateur de la taille d’un jeu de carte (35$) qui comporte différents ports (USA, HDMI, Ethernet) et qu’on peut configurer comme on le veut. On achète la carte qu’on protégera dans un boitier de son choix. Le système d’exploitation s’installe sur une carte SD. L’alimentation se fait par un fil micro USB comme ceux de téléphones cellulaires. Le résultat est très rapide. La qualité de l’image est excellente. On peut s’en servir comme d’un ordi avec Linux (Ubuntu Mate) ou n’importe quel autre système disponible. Comme il ne comporte aucune pièce mobile, il ne chauffe à peu près pas. Il peut servir pour la domotique. En ce qui nous concerne, le système Openelec nous simplifiera la vie. Il démarre en 2 secondes et s’ouvre directement dans Kodi. Si le RPi vous intéresse, commencez à vous informer à partir de ce site.

Kodi, qu’il soit installé sur le RPi, un ordi, une tablette ou une TV Box, doit être configuré. J’utilise la liste des flux télé Libretv qu’on installe en suivant le mode d’emploi en ligne. On y trouve des milliers de liens vers des télés, des radios, des diffuseurs de films. On y trouve les flux des télés canadiennes, européennes, américaines. Plusieurs sont géolocalisés, donc bloqués à la frontière (Radio-Canada est bloqué mais fonctionne à certaines heures), certaines ne le sont pas (TVA). On peut s’abonner pour quelques dollars par mois à un service qui se trouve à faire croire que vous vous trouvez au Canada. Ce texte explique le comment et le pourquoi.

 

Et aussi…

Si vous n’êtes pas du tout habile en technologie et que vous n’avez pas accès à un ami qui va pouvoir vous aider, il y a une offre qui pourra peut-être vous intéresser. Il s’agit de Passe-Partou.tv. Il s’agit d’un kit préinstallé qui permet de voir par « streaming » les différents postes canadiens. On achète la boite et on souscrit à un abonnement annuel (on parle de plusieurs centaines de dollars par année) . Un abonné m’a dit être  satisfait. J’ai bien tenté d’avoir des infos techniques et depuis deux ans on  m’a promis un essai gratuit: à chaque fois, la personne qui devait m’apporter la « boite » a annulé son rendez-vous. Ce qui me laisse croire que ce n’est pas très sérieux…  Ce qui rend suspecte cette offre. Essayez Kodi qui est gratuit ou Slingbox…

 

 

La Floride « now »

 Commentaires fermés sur La Floride « now »
Oct 052016
 

Salut, Plusieurs peuvent se demander de quoi a l’air la Floride avec l’inquiétant ouragan Matthew. Voici une photo en direct du Century Village de West Palm Beach en direct , mise à jour aux 2 minutes: (http://marcbarriere.com/alarme/condo_1.jpg) tant que l’électricité tiendra…

En direct de WPB Floride

 

Voici une belle carte interactive sur le trajet de la bête. http://www.palmbeachpost.com/weather/storm/map/

2016-10-05-12_53_08-tropical-storm-tracking-map-_-www-palmbeachpost-com

Oct 032016
 

Depuis plusieurs années j’ai publié des textes sur l’utilisation des technologies hors du pays. Voici une mise à jour de certains de mes articles.

Téléphonie:

Plusieurs choix s’offrent à vous. Vous pouvez étendre votre forfait canadien aux USA (vous vous trouvez ainsi à payer pour votre forfait et devez ajouter environ 50$ pour avoir accès au service aux USA) vous pouvez avoir une ligne filaire avec un fournisseur américain pour environ 40$ par mois et un cellulaire pour une utilisation occasionnelle (Tracfone a un forfait annuel de 100$ pour environ 1000 minutes) ou opter pour un service cellulaire illimité Canada-USA offerts par des fournisseurs américains et canadiens (Je discute plus bas du plus intéressant à mon avis, RoamMobility).

 

ROAMMOBILITY: l’illimité

Les offres des fournisseurs américains sont beaucoup plus dispendieuses qu’elles apparaissent à première vue en raison du taux de change. Une mensualité de 50$ comme le propose TMobile ou Cricket représente une dépense d’environ 65 ou 70$ canadiens. L’offre de RoamMobility est ainsi particulièrement intéressante car vous payez le tout en devises canadiennes.

CaptureSi vous utilisez fréquemment le téléphone, un abonnement illimité est génial. Vous pouvez appeler de là où vous restez, sur la route (évidemment avec les bons dispositifs mains-libres) sur la plage ou au centre d’achats!  Pour une utilisation illimitée, je vous recommande le forfait snowbird de RoamMobility. Je l’ai utilisé depuis deux années et et j’ai été très satisfait.

Tout  se règle avant votre départ et ce en argent canadien! Vous pouvez prendre le forfait appels locaux et interurbains illimités et textos illimités pour 35$ canadiens par mois ou le forfait pour téléphone intelligent à 50$ par mois qui comprend  en plus 4Go de données par mois (cummulatives) en 4G . Une boite vocale est comprise dans ces forfaits. Les forfaits snowbird sont d’une durée minimale de trois mois auxquels peuvent s’ajouter jusqu’à 3 mois supplémentaires.Vous pouvez téléphoner vers le Canada directement sans frais .

Avec RoamMobility vous aurez un numéro de téléphone local là où vous résiderez mais vous pourrez l’utiliser à peu près partout aux USA (couverture) . Comme RoamMobility emprunte les ondes TMobile, vous avez accès à la même couverture que les abonnés TMobile.  J’ai toutefois remarqué que dans certains endroits les ondes passent mal comme dans certaines grandes surfaces comme Costco. Il ne s’agit pas d’un problème propre au réseau de TMobile.  Le principal défaut du service de RoamMobility est que leur site Web n’est qu’en anglais. Il est toutefois possible d’avoir un préposé à la clientèle francophone au 1-888-762-6487 . Ça vous intéresse? Voici comment ça marche!

  1. Pour simplifier le tout, vous devez avoir un téléphone , obtenir une carte SIM et acheter un abonnement.
  2. Vous utiliserez  un téléphone déverrouillé:
    • Vous avez un téléphone intelligent déverrouillé. Parfait vous êtes en affaire!
    • Vous n’en avez pas. Vous devrez vous en procurer un ou faire débloquer un téléphone intelligent que vous pourrez utiliser aussi au Canada avec une carte SIM adéquate. On vend des téléphones déverrouillés au Canada chez BestBuy et même chez Costco. En magasin Costco offre deux téléphones cellulaires déverrouillés (dans la section de l’électronique, pas au comptoir cellulaire) dans lesquels vous pouvez insérer jusqu’à deux cartes SIM (ex.: la carte canadienne et la carte américaine). Les prix en entrepôt sont meilleurs qu’en ligne.
  3. Vous obtiendrez une carte SIM par la poste ou chez Bureau en gros ou les PétroCanada. Vérifiez ici  la disponibilité dans votre région.
  4. Vous choisissez votre forfait, vous indiquerez la date de départ et la durée.
  5. Vous insérez la carte SIM dans le téléphone cellulaire déverrouillé. Les cartes SIM de RoamMobility sont multiformats.
  6. Le service entrera en service dès que vous franchirez la frontière. Voici le lien vers comment configurer votre appareil si vous avez le forfait avec « données »
  7. Vous conserverez votre numéro de téléphone américain année après année si vous avez un forfait snowbird. Donc pas de frais de vacances pour votre période canadienne.

TRACFONE: le cellulaire à la minute

Si vous utilisez un cellulaire très occasionnellement,  si vous ne parlez que quelques minutes par mois, la formule de Tracfone reste toujours intéressante. L’achat d’un téléphone bas de gamme à dix ou vingt dollars et d’une banque de temps vous permettra de passer l’hiver  pour moins de 80 dollars. Vous aurez à ce prix environ 240 minutes pour six mois. C’est peu mais suffisant.Il s’agit de prendre deux  forfaits successifs de 60 minutes  en 90 jours à 20$ (dans ces forfaits, le nombre de minutes est doublé) . Voir les différents forfaits ici.  On achète le téléphone aux USA dans le BestBuy ou un Walmart. On peut aussi acquérir une carte SIM pour presque rien chez Best Buy. Vous pourrez l’utiliser dans un téléphone intelligent débloqué.  Si vous achetez le téléphone de Tracfone, je vous recommande de ne pas prendre le téléphone le moins cher qui ressemble à une barre de chocolat, mais un flip.

On peut aussi allez vers un fournisseur qui offre du temps gratuit. 200 minutes par mois. Il s’agit de FreedomPop. Très intéressante avenue. La qualité sonore n’est pas toujours au rendez-vous mais ça se trouve à faire le travail. FreedomPop combine l’utilisation du wifi et des ondes data. On vous donne un numéro de téléphone local, les textos et un peu de data sont compris. On achète le téléphone de FreedomPop et il est livré (aux USA seulement) déjà configuré. Mais gare aux options. C’est ainsi que la compagnie fait son argent. Quand vous achetez l’appareil, on vous « donne » plusieurs options (minutes, data, qualité sonore). Vous ne pouvez refuser à ce moment les options gratuites pour un mois (mais payantes pas la suite), mais vous pouvez les retirer. Faites le dès réception de votre appareil et suivez toutes les étapes décrites dans plusieurs sites Web !

FORFAITS AMÉRICAINS DE FOURNISSEURS CANADIENS

Certains fournisseurs canadien proposent un forfait à leurs clients étendant le service aux USA. Les forfaits sont changeants. Il y a souvent des limites de temps. C’est à considérer si vous devez continuer à payer votre forfait canadien tout au long de l’hiver et que vous ne pouvez le mettre en « vacances ».   Notez que vous conservez votre numéro de téléphone canadien ce qui peut causer un problème pour les services locaux aux USA. La plupart des Américains doivent payer des frais d’interurbains pour appeler au Canada. C’est aussi le cas de commerces: HomeDepot demande un numéro américain pour les commandes.

LE TÉLÉPHONE FILAIRE

Il y a peu de raison justifiant une ligne filaire. Si vous disposez d’internet, un service VOIP sera beaucoup plus économique. Si vous n’êtes pas trop techno, le MagicJack est recommandé [lien vers MagicJack et vers BestBuy Canada] ; d’autres fournisseurs offrent le même service. Pour le prix d’une ou deux mensualités, vous aurez le bidule et l’abonnement pour un an. Par la suite, l’abonnement annuel correspond à une seule mensualité… Il est intéressant de noter que de retour au pays, vous pouvez installer le bidule chez vous et avoir ainsi accès à votre téléphone américain.  Pour que ça fonctionne bien, vous avez besoin d’un bon service internet tant en amont qu’en aval.

Il est important de bien identifier ses besoins.  Pour le choix, quelques questions à poser:

  1. Êtes vous à l’aise avec la technologie? avec les téléphones intelligents? (sinon achetez un flip)
  2. Combien de personnes vont utiliser le téléphone?
  3. Combien de temps passez-vous dans le Sud?
  4. Quand utilisez-vous le téléphone?
  5. Qui vous appelle?
  6. Est-ce que vos voisins ont de la difficulté à recevoir des appels cellulaire dans leur résidence?
  7. Quelles sont les fournisseurs qui « performent » bien dans votre secteur?
  8. Disposez vous de l’internet dans votre résidence? Si non, un cellulaire peut être intéressant.
  9. Disposez-vous d’un téléphone intelligent débloqué? Vous sentez-vous en mesure de le faire? (demandez à votre fournisseur le tarif)

Il existe différentes options. Un seul cellulaire illimité peut satisfaire une personne seule ou un couple toujours ensemble. On peut même acquérir un téléphone sans fil qui se connectera sur votre cellulaire soit sur son chargeur ou sur la table. Informez-vous dans les magasins spécialisés. On peut avoir un magic jack pour un système filaire et un cellulaire à la minute si on ne l’utilise pas beaucoup. Un couple peut avoir un cellulaire illimité et un cellulaire à la minute pour quand ils vont chacun de leur côté…

Pour acheter un cellulaire débloqué, Costco au Québec en offre des intéressants. Aux USA, Brandsmart est vraiment bien. Mais les meilleurs affaires se trouvent souvent chez Groupon.

Camper … gratuitement

 Commentaires fermés sur Camper … gratuitement
Juil 272016
 

Il y a moyen de camper gratuitement.

Il y a chez des amis. Il y a le site Gamping qui se veut le Airbnb du camping pour camper pas trop cher mais il y a peu d’endroits au Québec. Il y a des commerçants accueillants. Beaucoup de Walmart, par exemple, acceptent que les roulottes passent la nuit dans un coin de leur stationnement.

La halte camping du Géant Motorisé

Il y a aussi une halte camping à mi chemin entre la ville de Saguenay et celle d’Alma (30 minutes) et à 2h30 de Québec. Le camping gratuit du Géant Motorisé est très intéressant. Il est situé dans un vaste terrain de l’autre côté de la rue du magasin au 173, Route 172, Saint-Ambroise de Chicoutimi, Québec, G7P 2N5.  Il y a un autre espace de camping avec zone de débordement entre le Tim Horton tout près et le magasin.

On parle d’un vrai camping. Pas le plus bucolique, pas de plan d’eau, mais un vaste espace de quelque 500 places pour roulottes de toutes tailles.  C’est un « deux services » avec toilettes mais pas de douches. On peut y disposer ses eaux usées. On peut y passer 10 jours « consécutifs ». On ne peut réserver mais il ne semble pas y avoir de problèmes sauf lors de quelques week-ends alors que  le vendeur de VR organise des événements spéciaux.

J’ai séjourné à ce camping début de la « construction ». Le site est banal, les gens sont gentils, accueillants. La proximité du Lac et du Saguenay fait en sorte que ce camping est une vraie halte mais aussi peut-être un bien pratique endroit où passer une semaine de vacances pas cher. Il y a toujours la problématique des douches, mais je suis certain qu’un lecteur se fera un plaisir de nous indiquer où on peut se doucher.

 

 

22072016-IMG_0766 22072016-IMG_0767 22072016-IMG_0768 22072016-IMG_0769 22072016-IMG_0770

Mai 202016
 

Madame Joly,
Il y a une difficulté actuellement au Canada quant à la passage des contenus des médias au numérique. On ne tient pas compte formellement de la diffusion par le moyen des flux, ces fameux « streams » qui permettent de lire des contenus vidéos sur l’internet avec un ordinateur ou différents équipements.

Pourtant il y a beaucoup de personnes qui utilisent l’internet pour voir leurs contenus télévisuels. Il y a bien quelques flux de médias québécois accessibles à la marge de la légalité, mais peu de contenus stables et officiels.

Le très intéressant Tou.tv bloque malheureusement l’accès à la frontière. Radio-Canada a une offre intéressante et a été dans les précurseurs avec tou.tv. Toutefois Radio-Canada quant à la diffusion des chaînes en direct, il y a une certaine offre sur le site internet, mais qui n’est guère facile.

La radio de Radio-Canada facilite l’écoute sur internet en diffusant des liens de flux mp3. Il est à noter que ces « feeds » ne sont pas bloqués à la frontière et donnent aux Canadiens à l’étranger à ses différents contenus radio. Bravo! Voici le modèle.

Cette politique de blocage des contenus canadiens à la frontière nous fait régresser de 20 ans. Auparavant, il était très difficile d’avoir des contenus canadiens à l’étranger à l’exception de Radio-Canada International qu’on pouvait capter sur les ondes courtes.

Puis, il y a eu la période de gloire des satellites où les Canadiens abonnés au Canada pouvaient avoir accès aux États-Unis, au Mexique et dans les îles avec une coupole et leur décodeur aux contenus pour lesquels ils payaient. Ne reste plus que Shaw Direct qu’on peut encore capter partiellement presque illégalement. Shaw a annoncé il y a quelques années leur retrait de ce marché. En fait la programmation de Shaw migre vers des satellites qu’on ne peut capter que du Canada.

Sur le câble (ex. : Comcast) aux États-Unis il n’y a que TV5Monde (avec une programmation très peu canadienne et totalement différente de celle à laquelle nous avons accès au Canada). Aucune offre de postes canadiens chez Comcast en Floride par exemple. Plusieurs organisations ont fait des demandes au « Vidéotron » américain, mais il y a fermeture et refus. Ce qui est surprenant car beaucoup seraient prêtes à payer pour avoir accès à un bouquet canadien. On m’a expliqué qu’il y avait des problèmes avec les droits d’auteur… Je ne vois pas pourquoi on aurait des problèmes à diffuser des émissions de TVA aux États Unis alors que partout au Canada on a accès aux émissions américaines de CBS, NBC, ABC …

Cette interdiction de diffusion aux États Unis amènerait peut-être même nos câblodistributeurs canadiens à faire du zèle. Sinon, pourquoi un abonné de Vidéotron à l’extérieur du pays ne peut écouter sur le web les postes auxquels il est bel et bien abonné chez lui avec l’application Illicoweb. Il ne peut pas le faire en dehors du Canada. Pourtant, il est un abonné au Canada et il est authentifié comme Canadien, mais ne peut avoir accès aux contenus pour lesquels il paie.

Nous savons qu’on peut contourner ces blocages à la frontière en utilisant des subterfuges technologiques qui font croire au filtre que l’abonné est au Canada (l’utilisation de DNS et d’adresses IP canadiens). Ces trucs ralentissent toutefois la transmission et occasionnent des lacunes au plan de la qualité et sont-ils légaux?

On peut légalement contourner ces règles avec un appareil installé au Canada entre le décodeur et la télé qui transmet à un abonné des contenus auxquels il a accès au Canada (slingbox). C’est complexe mais ne peut être considéré comme une solution pour tout le monde.

Donc, des États-Unis, si on peut encore pour un certain temps capter les émissions avec Shaw Direct, les seuls moyens de voir les contenus canadiens sont illégaux. Des sites proposent une certaine programmation (ex. : assimilator.net) mais ce sont des sites pirates qui charissent des tonnes de malwares.

Il est curieux qu’il y ait tant de blocages à la frontière pour des services légitimes alors que les contenus du Itunes Store canadien sont accessibles partout dans le monde à ses abonnés canadiens. La même émission que je ne peux écouter sur tou.tv, je peux l’acheter dans le « store ». On fait faire de drôles de pirouettes aux droits d’auteur. Non?

Madame la Ministre, je vous recommande donc:

  • d’obliger les diffuseurs généralistes (ceux qu’on peut capter sans abonnement sur les ondes ) à diffuser aussi leurs émissions par des flux sur Internet accessibles pour tous les Canadiens.
  • de faire en sorte que de bloquer les contenus géographiquement sur Internet devienne l’exception.
  • d’interdire le géoblocage à un abonné canadien dûment authentifié lorsqu’il est à l’étranger (illicoweb, Tou.tv Plus…)
  • de conclure une entente avec votre homologue américain, la FCC afin que les cablos américains diffusent nos grandes chaînes généralistes.

 

 

Belle Peanut island

 Commentaires fermés sur Belle Peanut island
Avr 102016
 

Une île.
Une île à Palm Beach, à l’entrée du Lake Worth.
Une île tranquille, île tropicale. On s’y sent comme très loin.
Une belle excursion d’une journée, ou pour quelques jours car il y a un camping.
Une île. Pas de pont. On s’y rend en bateau taxi à partir de la marina de Riviera beach, en embarcation, en kayak. même à la nage à marée base. Nous nous y sommes rendus en zodiac avec des amis. Le rêve!
Pour plus d’info.

20160405-DSCN2313 20160405-DSCN2316 20160405-DSCN2317 20160405-DSCN2318 20160405-DSCN2319 20160405-DSCN2324 20160405-DSCN2325 20160405-DSCN2332 20160405-DSCN2338 20160405-DSCN2339 20160405-DSCN2341 20160405-DSCN2343 20160405-DSCN2344 20160405-DSCN2345 20160405-DSCN2346 20160405-DSCN2350 20160405-DSCN2352 20160405-DSCN2355 20160405-DSCN2361 20160405-DSCN2362 20160405-DSCN2363 20160405-DSCN2364 20160405-DSCN2382 20160405-IMG_0227

Qui sont ces snowbirds qui parlent français?

 Commentaires fermés sur Qui sont ces snowbirds qui parlent français?
Fév 212016
 

Quand je mentionne  à des concitoyens du Century Village que je viens du Québec, d’aucuns me répondent « Ah! Je suis allé à Montréal en 1967, j’ai aussi visité Québec. J’ai de bons souvenirs! »
Pourtant, beaucoup sont toujours étonnés de savoir qu’en Amérique du Nord, il y a un coin de pays où l’on parle français. Et ils sont doublement étonnés quand on leur apprend qu’on y parle français depuis aussi longtemps qu’on parle anglais à Boston et qu’on a déjà parlé français sur la moitié du territoire américain. Ce qui explique le nombre de villes, de rivières, de montagnes et d’Américains qui portent des noms français.Capture
Champlain a fondé Port-Royal en Acadie en 1604 et Québec en 1608 à peu près en même temps que les Anglais fondaient Jamestown en Virginie . C’était 12 ans avant que les Pèlerins du Mayflower débarquent à Plymouth.
Par la suite les deux peuples ont cohabité, ont échangé, se sont combattus, se sont entraidés. La France voulait faire du commerce alors que les Anglais voulaient s’établir. Leurs relations avec les Amérindiens ont donc été fort différentes. Les uns comptaient sur les Amérindiens pour la fourrure, les autres devaient les repousser pour cultiver.
Beaucoup d’Américains sont d’origine canadienne française alors que beaucoup de Canadiens français ont des origines américaines. Par exemple l’ancêtre de mon épouse est Sarah Allen qui avait été enlevée en 1704 à l’âge de 12 ans dans son village de Deerfield au Massachusetts avec une centaine de personnes. Sarah a décidé de rester au Canada et a fondé une famille avec un Canadien, la famille Lalonde. De même, l’ancêtre de ma mère, Katerine Stevens a été enlevée en 1690 à Bath dans le nord du Maine, pour être amenée à Québec. Elle s’est mariée quelques années plus tard avec un dénommé Paquette. La vie était dure et cruelle à cette époque. Il y a eu des actes de terrorisme semblables de la part des Anglais .
Comme les Canadiens-français étaient alliés avec les Amérindiens on a fait appel à eux pour explorer le « Far-West ». Toussain Chabonneau accompagné de sa femme Sacagawea et de son fils Jean-Baptiste surnommé Pomp était le guide de  la mythique expédition de Lewis et Clark.
Montréal comporte une importante communauté juive. Mon interlocuteur de tantôt  avait visité Montréal lors de l’Expo 67. Il connaissait bien les chansons du Montréalais Leonard Cohen, avait mangé les excellents bagels et le smoke meat de Montréal qui viennent des émigrés juifs de la fin du 19e siècle. Il ne savait peut être pas que beaucoup de schtreimel  portés par nos voisins hassidiques ont été aussi fabriqués à Montréal.
L’histoire des Canadiens français et des Américains est vraiment entremêlée.
Quand vous iriez au DuBois park, que vous entendrez Céline Dion ou Arcade Fire, que vous verrez un film de Philippe Falardeau (The good Lie) ou de Denis Villeneuve (Sicario )  une vidéo d’Adèle (Hello a été réalisé par Xavier Dolan) vous saurez qu’ils sont du même coin Amérique que ces Snowbirds au drôle d’accent.

Fév 192016
 

Dans le marais des gens mauvais on n’a pas vu, mais des oiseaux, gentils oiseaux, dans l’eau, y avait….

Une après-midi merveilleuse aux marais de Wakodahatchee à Delray. Sur des trottoirs de bois, nous circulons dans les marais. L’observation des oiseaux y est aisée. Il y a même des alligators. L’entrée est gratuite mais le nombre de places de stationnement est limité. Cela évite d’avoir trop de visiteurs simultanément. Par temps ensoleillé, tout y est magnifique. On se promet d’y revenir plus tard dans la saison pour y observer les fleurs et les nouveaux migrants.

 

 

Sharing Buttons by Linksku